Accueil > Critiques > 2015

Panda Bear Meets The Grim Reaper

lundi 9 février 2015, par Marc


Nous sommes en 2015 et plus personne ne s’étonne ou ne s’offusque à l’écoute d’un album de Panda Bear. Certes, le public potentiel n’est pas énorme et concerne une poignée (une grosse poignée tout de même) d’habitués mais il faut rendre hommage à Noah Lennox (seule personne sur ce projet) et ses comparses d’Animal Collective pour avoir transformé progressivement notre façon d’écouter leur musique. De plus, ils sont plus ou moins sortis des radars de la nouveauté à tout prix et les suiveurs autrefois nombreux se raréfient. Evidemment, si vous n’êtes jamais arrivés à boucler l’écoute d’un album d’Animal Collective, vous avez déjà tourné les talons.

Mais ce n’est pas Noah Lennox qui va infléchir sa trajectoire pour la peine. Huit ans après un Person Pitch impressionnant, il revient pour une nouvelle réalisation qui permet de voir tout le chemin parcouru. Ce qui a changé ce n’est pas seulement sa musique, mais sa vie.

Le Grim Reaper dont il est question dans le titre, c’est une des personnifications de la mort. Donc un équivalent à ce titre pourrait être « Panda Bear rencontre la grande faucheuse  ». Ce n’est pas seulement un contrepoint à sa musique (on y reviendra) mais une allusion à un thème récurrent à cet album qu’il n’a pas voulu comme purement autobiographique. Tout comme le Down There d’Avey Tare parlait de la lutte de sa sœur contre le cancer (j’avoue que ça m’avait un peu échappé à l’époque), on décèle entre les mots le décès de son père. Pour pouvoir mieux traiter d’un sujet pareil sur Tropic of Cancer, il s’éloigne encore un peu plus de la mélopée qui fait le sel de ses morceaux pour une écriture plus frontale. En clair, si le propos nous échappait souvent en tant que non anglophones natifs, ce n’est plus toujours le cas. Autre caractéristique, c’est une boucle de Casse-Noisette qui sert de gimmick.

Cette évolution déjà perceptible sur Tomboy se fait par touches. On retrouve en effet cet amour des voix qui rebondissent (Boys Latin), ces harmonies vocales que d’aucuns ont rapproché des Beach Boys pour ne pas admettre qu’il s’agissait de quelque chose de bien plus neuf. Il y a donc de vraies mélodies sur Acid Wash. Le résultat est une pop acidulée, qui pétille en bouche, avec des parfums artificiels bien entendu, mais tout-à-fait réjouissants.

Il n’y a pas que la grisaille et la noirceur qui peuvent rendre compte de la mélancolie. On est dans une forme presque opposée à celle de Joy Division mais comme disait Jacques Brel à propos des MarquisesEt s’il n’y a pas d’hiver/Cela n’est pas l’été’. Il faut donc aborder ce soleil comme une composante immuable, pas comme une trouée dans la brume. Ces morceaux ne sont donc pas baignés d’une lumière de vacances, mais passées à travers un kaléidoscope qui réorganise les rayons lumineux. On sait que ce n’est pas un filtre sonore placé comme cache-misère mais une écriture consubstantielle à sa forme.

Finalement, cette musique assez compliquée à décrire et qui pourrait apparaître comme intellectuelle s’adresse plus directement aux sens. Il dit s’être inspiré du hip-hop des années ’90 ou des remixes ‘dub’ d’albums connus pour trouver une pulsation à cet album. On peut aussi songer à la relecture dub de Protection de Massive Attack par Mad Professor (et intitulé No Protection) et qui arrivait à réchauffer la froideur du collectif de Bristol. Cette coloration est ici directement incluse.

Et comme souvent, ce sont les morceaux qui bénéficient le plus de cette vibration qui sont les plus réussis, comme Come To Your Senses ou le percutant Mr Noah. J’avoue que personnellement, je le trouve moins touchant dans la pure rêverie (Lonely Wanderer).

La frontière entre art figuratif et art abstrait est parfois floue et on sait qu’on peut retrouver des chefs-d’œuvre à cette frontière. Pensez à Monet ou Turner en peinture par exemple. On n’avait distingué jusque maintenant que peu d’écriture véritable chez Panda Bear mais la situation change progressivement sans que la forme ne se dénature. Il est en tout cas un de ceux (avec Bradford Cox de Deerhunter et Atlas Sounds) qui pousse le plus loin le potentiel pop de cette musique.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Panda Bear Meets The Grim Reaper 11 février 2015 13:52, par LE COUSIN DE LA REINE DE TREFLE

    Peu à voir avec PANDA BEAR (sauf quelques mots dans la critique : noirceur, mélancolie...)
    le nouvel album de LAST HARBOUR, ("CAUL") en écoute sur le site GIZEH RECORDS ...dans la lignée de leurs somptueux précédants .

    repondre message

  • The Coral Sea - Golden Planet Sky

    J’ai fréquenté la beauté/Je n’en ai rien gardé
    Si Jean-Louis Murat parle pour lui, on peut pour notre part témoigner qu’on n’a jamais oublié la beauté qui sourdait des albums de Rey Villalobos en tant que House of Wolves. Il a fallu une mise en lumière de l’indispensable Laurent pour qu’on se rende compte qu’il officiait maintenant en tant que The Coral Sea. Et constater par ailleurs que l’album qui était (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos (...)