Accueil > Musique > 2015 > Baden Baden - Mille Eclairs

Baden Baden - Mille Eclairs

mercredi 18 mars 2015, par Marc


On ne peut pas dire qu’on assiste à un bouillonnement de nouveaux talents sur la scène française pour ceux qui comme moi sont allergiques à Christine and The Queens et Stromae. C’est peut-être pour ça que le premier album de Baden Baden avait tellement plu. D’ailleurs, chanté en français pour moitié seulement, il proposait une façon d’aborder la musique qui évoquait plus les formations québécoises qu’européennes.

Pour leur second album, ils ont poussé la logique encore plus loin. Sans doute affranchis d’une partie de leurs inhibitions, ils proposent un Mille Eclairs uniquement (à de rares exceptions près) dans la langue de Michel Houellebecq et c’est une bonne chose, ça renforce leur personnalité et finalement, le résultat est plus plaisant et moins alambiqué que pour des formations comme Malajube ou Karkwa.

Certains lecteurs avertis avaient distingué une influence (assumée par le groupe) de nos compatriotes de Girls In Hawaii, lesquels n’avaient pas encore livré leur grand Everest. Cette ressemblance est maintenant moins marquée sauf quand il reste des traces d’Anglais sur M.A.C. Et dans le meilleur moment de cet album, ils les dépassent en euphorie. A Tes Côtés est un des meilleurs morceaux de ce début d’année, commençant en apesanteur pour tournoyer et encore s’élever. Il y a une grosse intensité, une fureur rentrée et palpable qui permet de multiplier les écoutes sans en briser le charme ou le mystère.

Si l’écoute de l’album dans son entièreté est baignée d’une douce mélancolie qui ne confine jamais à la noirceur, on n’est pas pour autant à l’abri d’une surprise. Il y a certes des morceaux à l’euphorique désespoir (Ici, Dis-leur) mais aussi quelques fins de morceaux qui valent le déplacement comme Criminel ou L’Elegance Avec. C’est dans ces moments-là que la personnalité s’avère plus marquée qu’on pourrait le soupçonner. Ils varient aussi les plaisirs en osant l’instrumental (Finalmente) ou en allant chercher l’inspiration du côté de The Notwist (Depuis Toi) pour un résultat plus que cohérent.

Comme souvent avec un chant en français, la voix est mise plus en avant. D’ailleurs, on retrouve quelques intonations proches d’un Florent Marchet, l’univers décalé pouvant mettre mal à l’aise en moins. Baden Baden vient de donc de sortir un album qui confirme les espoirs placés en eux. Définitivement francophone et plus constant, Mille Eclairs devrait consacrer les Parisiens.

http://www.badenbaden.fr/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

6 Messages

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)