Accueil > Musique > 2015 > The White Birch - The Weight of Spring

The White Birch - The Weight of Spring

mardi 31 mars 2015, par Marc


Comme pour la navigation aérienne, la lenteur est une des choses les plus compliquées à réussir. Même des groupes émouvants comme les Tindersticks s’évaporent sans une vitesse minimale. Je n’avais jamais entendu parler The Wite Birch, sans doute parce que la formation norvégienne n’avait plus rien publié depuis 2006 mais le groupe formé autour d’Ola Fløttum vient de prouver qu’il est un des maitres de l’intensité qui n’a pas besoin de fureur.

Il ne faut pas grand-chose à à New York pour nous mettre dans le bain d’un grand album. C’est donc très beau. Très simple aussi, et nous permet de retrouver l’émotion des premiers Spain. Quelques notes de piano sur The Fall, puis un peu de violon, on succombe à cette musique de matin brumeux, en regardant le soleil poindre un café à la main. Sur ce morceau d’ailleurs, la voix peut faire penser à celle de Bill Callahan. Plus haute sur Winter Bride, elle n’est jamais spectaculaire mais d’une justesse dans le ton et l’intensité qui fait mouche.

C’est la voix de Susanna Wallumrød qu’on retrouve sur The Hours. Ce qui n’est pas vraiment étonnant, elle avait déjà su nous enchanter avec des albums presque arrêtés. Ses deux comparses du Magical Orchestra sont aussi de la partie. Alors, la Norvège serait-elle le berceau de la musique douce et forte ? Si on ajoute la stupéfiante Jenny Hval, on en doute peu.

Le nom officieux du genre est le Slowcore et on comprend pourquoi sur le subtilement lourd Lantern. Quand on constate qu’on n’a aucun bémol à formuler sur aucun titre, on ne peut conclure autrement qu’en disant que c’est un grand album, surtout quand les réussites s’empilent. La montée sur rien sur The Hours qui débouche sur de l’émotion, la magnifique intensité de Lamentation qui garde toute sa limpidité malgré les couches de son, tout ou presque séduit. On se souvient alors que Gem Club nous avait plu dans le même registre (surtout sur le premier album). Ici, même quand Winter Bride est répétitif, il emporte l’adhésion. Cette musique ne se sent pas obligée d’être austère pour imposer le respect.

Souvent peu spectaculaire de prime abord à part l’ample final Spring, la musique de The White Birch ne frappe pas bruyamment mais fort et juste. Ce Weight Of Spring réunit tellement de qualités qu’on aime qu’on n’a pu que succomber. Il est parfois bon de se joindre au concert de louanges quand on estime que c’est mérité.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Nadine Khouri - Another Life

    Quand on retient un nom des années et des centaines de critiques plus tard, c’est plutôt bon signe, non ? C’est ce qui s’est passé avec Nadine Khouri dont l’écho de The Salted Air résonne encore à l’heure de découvrir cet Another Life. Ce n’est pas qu’il était flashy pourtant, ou que le style soit si singulier. Mais les morceaux font leur chemin tout seuls. Il y a des artistes qui font ça mieux, c’est comme ça. On retrouve logiquement ces qualités ici. Et d’emblée, avec un Another Life presque arrêté. On (...)

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)