Accueil > Critiques > 2015

Modest Mouse - strangers To Ourselves

jeudi 2 avril 2015, par marc


‘Il y aura un album de Modest Mouse cette année’ est une blague qu’on entend depuis 2007, à un tel point que cette sortie nous prend presque de court. Voici donc contre toute attente raisonnable le successeur de We Were Dead Before The Ship Even Sank.

Le groupe d’Issaquah (de l’autre côté de Lake Washington, vous voyez ?) décide de se rappeler à notre bon souvenir en douceur. Strangers to Ourselves (le morceau) est en effet bien doux, à tel point qu’on ne se rend presque pas compte que c’est bien Isaac Brock qui chante. Il se réserve en fait, plantant dans la foulée le très sautillant Lampshades of Fire lancé en single éclaireur d’un retour tant de fois reporté.

Donc, si vous avez un jour apprécié un de leurs albums au titre alambiqué, pas de raison de bouder son plaisir ici puisque tous les ingrédients sont là. Le chant débraillé d’Isaac Brock qui s’époumone toujours comme si sa survie en dépendait (Be Brave, The Tortoise and The Tourist), une belle ampleur qui les a toujours rendu si attachants (Shit In Your Cut), celle façon de trousser de lentes montées. Et puis cette capacité à ajouter plein d’instruments sans jamais sombrer dans la cacophonie. Sugar Boats en devient très dense, avec un son devenu fatalement un peu gros.

Leur réjouissante lourdeur n’a pas été écornée par les années et on la retrouve sur Of Course We know, placé en fin d’un album comme toujours bien (trop ?) copieux. Ce qui fait que même un rythme lymphatique sur Coyotes ne fait pas gripper la machine. A l’inverse, ils peuvent se montrer légers pour emballer un bien groove The Ground Walks, with Time in a Box.

L’introduction de Pistol nous rappelle leur seul tube patenté (Float On) et que leur album Good News For People Who Like Bad News a déjà onze ans. Et puis on revient au présent pour constater que ce même Pistol est sans doute le morceau le moins plaisant de leur discographie (et la seule vraie scorie de cet album). God Is An Indian and You’re An Asshole prouve qu’ils n’ont rien perdu de leur science du titre et qu’ils peuvent tenter la chanson de feu de camp (forcément) branque.

Strangers To Ourselves
aurait pu sortir tel quel en 2009 sans aucune surprise tant on retrouve ce qu’on apprécie chez ce groupe qui aborde toujours les choses avec un cœur gros comme ça. Sans doute moins pourvu en moments épiques, il n’en reste pas moins la petite récompense que les fans n’osaient plus attendre.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)