Accueil > Critiques > 2015

Godspeed You ! black Emperor - Asunder, Sweet and Other Distress

samedi 11 avril 2015, par marc


L’aura d’un groupe est un concept un peu compliqué à appréhender, mais quelle que soit la définition qu’on en a, il faut constater que celle de Godspeed You ! Black Emperor est assez démesurée. Sans doute un peu grâce à son casting pléthorique ou ses albums intransigeants et tellement évocateurs qu’ils se permettent d’être engagés à une époque où plus un artiste ne n’est (ou si peu).

Et puis ce groupe a pu toucher au sublime sur quelques pièces bien senties. Sleep est un des rares morceaux purement instrumentaux qui peuvent tirer des larmes. C’est de la musique classique si les orchestres symphoniques jouaient de la guitare électrique avec des tournevis. Ceux qui connaissent un peu la discographie savent de toute façon ce qu’on peut attendre d’eux, limitations comprises. Parce qu’il ne faut pas se leurrer, c’est l’ensemble qui est grandiose, et l’analyse détaillée ne rend que peu justice à sa grandeur. On avait été un peu surpris par leur retour en concert, puis sur album. Ce n’était donc pas qu’une éruption momentanée, mais la confirmation de mouvements tectoniques de plus grande ampleur.

Selon leurs standards, cet album est plutôt court, tenant sur un simple vinyle (alors que les autres étaient plutôt des ‘doubles’). Articulé en quatre parties, il est la mise à forme finale d’un morceau déjà joué en live que les fans appelaient Behemoth. Cette séparation en morceaux n’est pas arbitraire puisqu’il y a une véritable progression dans cet album. De la lumière à l’ombre à la lumière pour simplifier.

Donc procédons par ordre. Vous êtes au calme, tout va bien. Mais le calme ne dure jamais longtemps chez GodspeedI . Le morceau d’introduction prend donc logiquement ses aises, un peu pompier certes, mais d’une indéniable élégance. C’est une bataille mais rangée, pas une guérilla urbaine. Puis ce sera le silence, le calme. Enfin non, rien n’est jamais silencieux, et le calme est toujours trompeur. Lamb’s Breath s’apparente à du drone, un paquet de son compact et étiré à la fois. Du son, encore et toujours, épais comme un boding et constitué de restes de guitare qui vrombissent, de violons dénaturés. Asunder Sweet n’apportera pas de spectacle. On se terre, on ne sait pas trop si on doit être angoissé ou rassuré.

Vient alors Piss Crowns Are Trebled, morceau le plus ‘classique’ en leur chef. Est-ce la fête, la libération ou une autre guerre qui se lance ? Impossible à dire. Mais quand la formation frappe, elle le fait plus fort que n’importe qui. C’est puissant, très puissant (oserait-on dire ‘Wagnérien’ ?). On sort des abris et on contemple cette fin d’album somptueuse.

Vous l’aurez compris, cet album ne s’adresse pas à ceux qui se contentent de picorer. Deux (longs) morceaux de musique qui entourent deux (longs) morceaux de son (il y avait déjà ça sur l’album précédent), c’est comme ça que s’articule cet album qui ne perturbera pas les fans mais pourra décourager les novices. Godspeed était de retour, il se réinstalle définitivement.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Midas Fall - Cold Waves Divide Us

    Il ne nous est jamais arrivé de penser qu’une voix manquait à des morceaux. Même quand Albin de la Simone a jeté sur un album instrumental ce qui est devenu plus tard de ’vraies’ chansons, l’élément vocal ne semblait pas indispensable. Dans le cas de Midas Fall par contre, le chant a toujours semblé de trop, redondant par rapport à la majesté du post-rock qui l’entoure. On aborde donc cet album en (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • Explosions in the Sky - End

    Même si tous les styles et mélanges potentiels coexistent actuellement, force est de constater que certains ont perdu de leur vigueur. Très présent en nos colonnes il y a plusieurs années, le post-rock s’est fait plus rare. Et pas à cause d’un revirement de nos goûts, c’est l’offre qui s’amenuise. L’effet positif sans doute, c’est que les sorties ont plus de chances de se singulariser. Comme par exemple (...)

  • Boeckner – Boeckner !

    Les carrières de Spencer Krug et Dan Boeckner n’en finissent plus de se croiser. Ainsi, après Wolf Parade (leur groupe commun), Handsome Furs, Divine Fits et Operators, le voici qui utilise également son nom pour la suite de sa carrière (solo). On a beau retrouver un univers musical très familier, ceci n’est pas exactement identique à ce qu’on lui connait déjà.
    Il faut dire aussi que si Moonface (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)

  • Metric – Fromentera II

    En général, la productivité d’un.e artiste croit rarement avec les années. Mais il y a des exceptions. Alors que leur rythme était plutôt d’un album tous les trois ans, Metric livre déjà un successeur au Fromentera sorti l’an passé. Il se présente d’ailleurs comme le second volet d’un dyptique. La premier nous avait d’ailleurs laissé une impression très favorable, avec en exergue un dantesque Doomscroller (...)