Accueil > Musique > 2015 > Wire - Wire

Wire - Wire

vendredi 24 avril 2015, par Marc


Il y a deux catégories de pères fondateurs. Ceux qui sont toujours révérés pour leur œuvre, dont les noms sont connus même de ceux dont la musique n’est pas la préoccupation principale, dont les albums sont légendaires et décortiqués à l’extrême. Elvis, les Beatles, les Rolling Stones, Led Zeppelin, tout ça... Dans l’inconscient collectif, ils ont été novateurs, ont changé les choses. Mais leur influence est tellement absorbée qu’on n’en sent même plus les traces dans la musique actuelle.

Et puis il y a les autres, (relativement) plus obscurs mais dont étrangement il subsiste des traces bien plus marquées dans des pans entiers de la musique actuelle. Ce sont des formations comme Sonic Youth, Velvet Underground, Can ou Wire. Il est donc doublement intéressant de découvrir un album de Wire, tant ce groupe a marqué l’histoire et a su rester pertinent.

Un petit tour du côté de ceux qui les ont repris est d’ailleurs bien éclairant. De REM à Spoon en passant par une kyrielle de groupes shoegaze ou U2, ils savent ce qu’ils doivent à ce groupe anglais. Ce que la légende du rock n’avait pas prévu, c’est le vieillissement des cadres, ce que deviendrait la fureur juvénile quand l’âge est là. Une des réponses peut venir de ce quatorzième album déjà depuis 1977 qui ne donne jamais l’impression d’entendre de la musique du passé.

La dernière partie de la carrière de Wire est vraiment active, avec un quatrième album en huit ans, soit une production tout à fait dans la norme d’un groupe en activité. Et le plus étonnant, c’est de constater que ces albums se suivent sans nécessairement se ressembler. Après avoir mis à forme des maquettes vieilles de trente ans pour Change Become Us, ils se sont concentrés sur du tout nouveau matériel.

Très nouveau même puisque Blogging déballe toutes les lubies électroniques de notre époque. Dingue d’entendre parler de twitter, d’ebay et Apple par la voix qui nous a jadis livré 12 X U. D’une manière générale, la cuvée 2015 de Wire est plus douce, plus gouleyante, ce qui pourrait paraitre un non-sens en leur chef. Ils déroulent tranquillement (trop ?) Shifting et on se surprend à se laisser bercer par la beauté des accords doux-amers d’In Manchester ou Sleep-Walking. C’est donc occasionnellement une musique qui prend son temps, ce qu’on n’aurait pas pensé dire un jour d’un groupe qui a livré des albums de 21 titres en 35 minutes (réécoutez Pink Flag, faites-vous plaisir).

Ils osent même la montée sur Swallow, ce qui n’est pas dans leur habitude mais évidemment, ça ne peut que marcher. Le moins conforme reste le plus lourd Harpoon planté en toute fin d’album, grand morceau intense de onze minutes.

Intemporel est un terme un peu galvaudé à notre époque qui appose sans problème des nostalgies de toutes les périodes. Pourtant, il convient rarement aussi bien que pour ce groupe. Il faudrait une analyse plus poussée pour le confirmer, mais le nombre de formations issus directement de la période punk et encore pertinents dans leurs sorties en 2015 est plus que limité. En clair, je n’en vois pas d’autres pouvant nous encourager à les suivre pendant près de 40 ans.

http://pinkflag.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Wire - Wire 1er mai 2015 15:49, par Mathusalem

    Le Wire cuvée 2015 ?:Bourdonnement continu, peu de ces hachures qui furent un temps leur marque de fabrique, monopole vocal de Colin Newman ... Mais on sait aussi que Wire brouille les pistes en permanence, ceci n’étant qu’une pièce de leur palpitant parcours musical. Et si l’album manque de relief, il en donne par contre à l’ensemble de leur discographie, qui , comme certains paysages, ne prend sa pleine mesure que lorsqu’on la regarde de loin. Ils surprennent et déroutent toujours autant et restent terriblement en phase avec l’actualité des choses...Bien plus vivants que certaines formations, même actuelles... Et c’est très bien ainsi.

    repondre message

    • Wire - Wire 2 mai 2015 11:47, par Fab Nukem

      c’est juste !
      je le trouve superbe ce disque , surtout par rapport à où ils en sont,
      très classieux, un savoir faire naturel,
      je trouve que c’est le meilleur avec red barked tree qu’ils ont sortis depuis les 90’s....
      fb

      repondre message

  • Wire - 10:20

    Un album d’inédits sortis pour le Record Store Day, ce n’est pas a priori la proposition la plus alléchante de la part de Wire, même si une discographie étalée sur 43 ans et des setlists imprévisibles regorgent de morceaux peu ou pas entendus. C’est sur le papier donc un album pour fans exclusifs, pour collectionneurs compulsifs et dont le résultat est hétéroclite. Enfin, tout ça serait vrai si Wire était un groupe habituel.
    Parce que Wire est tout sauf un groupe comme les autres. Ne refaisons pas (...)

  • Foals - Everything Not Saved Will Be Lost Part 1

    Parfois la sortie d’un album nous prend par surprise : on ne l’avait pas vu venir, on n’avait pas suivi les annonces.... Parfois, la surprise est même double car on apprend que c’est la "Part 1" et qu’il y aura donc une deuxième fournée, à l’Automne 2019 précisément. C’est le scénario pour ce nouvel album de Foals.
    Car Foals, c’est un groupe qu’on suit désormais sans déplaisir, sachant qu’ils peuvent surprendre, mais on ne les tient plus pour une des meilleures formations de la scène actuelle et on est moins (...)

  • Roger Waters - Is This The Life We Really Want ?

    Ici, on a toujours privilégié la critique et l’analyse plutôt que le versant personnel, on a toujours dit ‘on’ au lieu de ‘je’ mais bon, on a une vision différente pour certains artistes et il est aussi illusoire et inutile de la cacher. Ainsi le premier texte que j’ai écrit sur un album date de 1992 (non, il n’existe plus de trace du méfait) et traitait d’Amused to Death de Roger Waters, grand album au demeurant. L’ancien bassiste de Pink Floyd n’en a d’ailleurs rien sorti depuis, privilégiant de (...)

  • Ride - Weather Diaries

    Le point d’entrée d’un groupe, l’album qui nous l’a fait découvrir, est loin d’être anodin, et conditionne l’image qu’on en aura pour le reste de leur carrière. Quand on découvre leurs débuts, tout va bien, mais il arrive qu’on l’aborde par la bande sans le vouloir. C’est ainsi que j’ai découvert Jesus and The Mary Chain via leur atypique Stoned and Dethroned et Ride à travers Carnival of Lights pour découvrir après que cet album décrié (mais que j’aime beaucoup) était établi bien loin de leur camp de base. (...)