Accueil > Critiques > 2015

Kathryn Calder - Kathryn Calder

mercredi 6 mai 2015, par marc


Quand on la voit arriver sur scène avant le concert de The New Porngraphers, Kathryn Calder n’en impose pas nécessairement. Une fois le concert lancé, elle se révèle comme une des personnalités marquantes de la formation qui n’en manque pourtant pas. C’est d’ailleurs pour remplacer Neko Casesur scène qu’elle a rejoint le groupe de Vancouver avant de devenir un membre permanent en 2006.

Evidemment moins flamboyante que Neko Case, elle vient de sortir un album qu’on a immédiatement trouvé plus proche de nos goûts que ce qu’a pu faire la rousse Texane.

Sa voix, assez proche de celle d’Hannah Peel, est de toute façon bien plus douce. Cet album prend d’ailleurs le temps de se lancer. Beach est joli tout plein avec une bien belle mélodie. Il faut ça pour rendre ces morceaux attachants. On retrouve cette douceur extrême sur Song in Cm ou Remembering. C’est le petit bémol, cette perte de vitesse qui guette. Fort heureusement, le très calme Arm In Arm est réveillé par quelques coups de grosse caisse.

On peut parler d’une certaine façon canadienne d’aborder la pop comme Metric, Stars ou The New Pornographers. Il y a en effet de l’espace sur Take A Little Time. When You See My Blood est plus sombre et dense (enfin, relativement au reste), surtout quand elle place une mine aux deux tiers. C’est donc un album qui peut se munir d’une pulsation, faisant occasionnellement penser à Au Revoir Simone (My Armour). Il y a quelques pièges à l’attention tendus ça et là mais Katryn Calder a réussi un album pop doux et frais qui se présente comme une indispensable respiration.

http://www.kathryncalder.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Boeckner – Boeckner !

    Les carrières de Spencer Krug et Dan Boeckner n’en finissent plus de se croiser. Ainsi, après Wolf Parade (leur groupe commun), Handsome Furs, Divine Fits et Operators, le voici qui utilise également son nom pour la suite de sa carrière (solo). On a beau retrouver un univers musical très familier, ceci n’est pas exactement identique à ce qu’on lui connait déjà.
    Il faut dire aussi que si Moonface (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)

  • Metric – Fromentera II

    En général, la productivité d’un.e artiste croit rarement avec les années. Mais il y a des exceptions. Alors que leur rythme était plutôt d’un album tous les trois ans, Metric livre déjà un successeur au Fromentera sorti l’an passé. Il se présente d’ailleurs comme le second volet d’un dyptique. La premier nous avait d’ailleurs laissé une impression très favorable, avec en exergue un dantesque Doomscroller (...)