Accueil > Musique > 2015 > Kathryn Calder - Kathryn Calder

Kathryn Calder - Kathryn Calder

mercredi 6 mai 2015, par Marc


Quand on la voit arriver sur scène avant le concert de The New Porngraphers, Kathryn Calder n’en impose pas nécessairement. Une fois le concert lancé, elle se révèle comme une des personnalités marquantes de la formation qui n’en manque pourtant pas. C’est d’ailleurs pour remplacer Neko Casesur scène qu’elle a rejoint le groupe de Vancouver avant de devenir un membre permanent en 2006.

Evidemment moins flamboyante que Neko Case, elle vient de sortir un album qu’on a immédiatement trouvé plus proche de nos goûts que ce qu’a pu faire la rousse Texane.

Sa voix, assez proche de celle d’Hannah Peel, est de toute façon bien plus douce. Cet album prend d’ailleurs le temps de se lancer. Beach est joli tout plein avec une bien belle mélodie. Il faut ça pour rendre ces morceaux attachants. On retrouve cette douceur extrême sur Song in Cm ou Remembering. C’est le petit bémol, cette perte de vitesse qui guette. Fort heureusement, le très calme Arm In Arm est réveillé par quelques coups de grosse caisse.

On peut parler d’une certaine façon canadienne d’aborder la pop comme Metric, Stars ou The New Pornographers. Il y a en effet de l’espace sur Take A Little Time. When You See My Blood est plus sombre et dense (enfin, relativement au reste), surtout quand elle place une mine aux deux tiers. C’est donc un album qui peut se munir d’une pulsation, faisant occasionnellement penser à Au Revoir Simone (My Armour). Il y a quelques pièges à l’attention tendus ça et là mais Katryn Calder a réussi un album pop doux et frais qui se présente comme une indispensable respiration.

http://www.kathryncalder.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)

  • Spencer Krug - Fading Graffiti

    Un premier album solo de Spencer Krug sous son nom propre. C’est étrange que ce soit la première fois. Parce qu’on le connaît depuis longtemps, qu’on relaie la bonne parole du Canadien sous toutes ses incarnations avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lakeet Moonface, avec ou sans Siinai. Avec les concerts, ce sont 19 articles sur ce site. Bref, Spencer est une vieille et très chère connaissance.
    On est donc en terrain connu même si ce qu’on entend sur ce Fading Graffiti n’est pas identique à (...)

  • Islands - Islomania

    Peu de groupes ont su se forger une place privilégiée dans nos oreilles comme Islands. On a accroché tout de suite le wagon, dès leur premier album, sans connaître les Unicorns. Outre la bonne surprise de leur retour inespéré, il y a eu cette magie du bon album écouté au bon moment. Cet état de grâce n’a pas été constaté à chaque fois mais il a bien eu lieu.
    La formation canadienne a toujours su imposer une coloration à chaque album sans jamais se dénaturer, au point de pouvoir livrer simultanément deux (...)