Accueil > Critiques > 2015

Bertier - Dandy

vendredi 5 juin 2015, par Marc


Il y a des albums qui avancent frontalement, sans se cacher, sans user de faux semblants. Bertier est un projet émanant de la formation Madeleine Bertier (inconnu de mon bataillon), une occasion de multiplier les collaborations. Les bases sont données dès nom de l’album et la pochette signée Lara Herbinia, qu’on retrouve derrière les clips et une partie des… chœurs.

C’est donc ambitieux de viser aussi haut de façon aussi claire et d’avancer ainsi à découvert. Les références ne sont pas longtemps mystérieuses, et on les trouvera du côté de la chanson française ample et orchestrée. Ca sent donc logiquement son Bashung (Elle A Des Envies, Qui Sommes-Nous ?). On décèle aussi bien vite une envie de Gainsbourg. La basse sur le refrain de Baby L est assez marquée. Melody Nelson est même carrément cité, pas moyen de se tromper. En poussant l’analogie un peu trop loin, Nerval 2015 pouvant renvoyer au Rock De Nerval de ce bon vieux Serge. De ces deux modèles on retrouve aussi un goût du jeu de mot appuyé (reprenons en canon/elle est canon ou Satie-sfaction, vous l’avez ?).

D’une manière générale, les textes trouvent un bel équilibre et les parties instrumentales sont aussi soignées et parfaitement exécutées. J’aurai plus de réserves sur l’affectation de la voix, mais c’est assez personnel. Je préfèrerais souvent qu’elle déclame le texte (Satisfactions) même si ça permet aussi de jolies réussites (Bandit !). Cet album ne vise pas la puissance (on s’éloigne donc de ce que font les deux Benjamin (Biolay et Schoos).

Il y a des albums très clairs dans leurs intentions. Comme des gens très bien habillés pour être certains de rentrer. Voici un disque est donc impeccablement coiffé et se donne les moyens de son ambition et ose viser des modèles inattaquables. Pour ce culot et quelques belles réussites, cet album mérite le détour.

http://www.bertier-dandy.com/accueil/

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • The Imaginary Suitcase - Alone, we go faster. Together, we go further (...)

    Dix ans déjà et maintenant dix critiques de notre côté (on se place tout de même comme exégètes officieux), c’est le temps de la célébration. Pour fêter ça, ce n’est pas vraiment le genre de la maison de sortir une best-of pour les fêtes. Par contre, profiter de l’occasion pour retrouver des collaborateurs qui l’ont accompagné, c’est bien plus le genre de Laurent Leemans. Regarder dans le rétroviseur pour (...)

  • Sïan Able - Veni Vidi Sensi

    D’accord, un premier EP qui plait, c’est un bon début mais confirmer avec un bon premier album, c’est l’étape cruciale d’une carrière. Donc Sïan Able (anagramme de son vrai nom Anaïs Elba) passe la vitesse supérieure et son talent ne se dilue pas dans la taille d’un album.
    On l’a déjà dit, les styles plus soul ne sont pas nécessairement ceux qu’on goûte le plus. Pourtant on l’avait tout de suite adoptée, (...)

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent (...)