Accueil > Critiques > 2015

The Wooden Wolf - Moonlight Serenades Op​.​4

mardi 16 juin 2015, par Marc


On pourra nous reprocher plein de choses, mais pas de lâcher trop vite l’affaire quand on fait une découverte. Ce qu’on ne pourra jamais prétendre non plus, c’est qu’Alex Keiling est un artiste indolent. En deux ans et demi, ceci est en effet son quatrième album. Comme il a la bonne idée d’alterner le plus nu et le plus orchestré, c’est une belle discographie qu’il s’est constitué en peu de temps.

On retrouve aussi le côté plus léger (enfin, léger comme Elliott Smith quoi) sur le premier morceau September Blue, avant qu’il ne nous achève d’emblée par le poignant Goodbye Serenade. Il n’a pas fallu attendre longtemps pour qu’il assène un de ses grands morceaux.

Seven Songs Op.3présentait son versant le plus acoustique et minimal, on est donc logiquement ici en face d’un album plus ample et ce n’est vraiment pas pour nous déplaire. Ce ne sont évidemment pas les grandes orgues qui sont convoquées ici mais du violoncelle poignant sur Slow Moving Dreams et c’est comme chaque fois superbe. Ce pourrait être un morceau de Leonard Cohen. Si la voix est radicalement différente, elle en a l’intemporelle beauté hiératique, l’arpège renversant et simple à la fois. Vous aurez compris que c’est parfaitement classique, un morceau qui ne vous lâche pas.

Il faut aussi souligner le très beau Gone With The Rain avec son piano et ses cordes en renfort. En renfort seulement, parce que tous ces morceaux tiennent tout seuls. A tel point qu’il ne faut rien ajouter à Louise ou à Waltz pour que l’essentiel soit là, à savoir une émotion palpable, transmise de voix à oreille comme une relation d’âme à âme. Fuck me tender/Fuck me true comme il le dit lui-même.

Est-ce que ça marchera encore cette fois-ci ? C’est une question légitime qu’on se pose à chaque fois et à chaque fois, la réponse est positive. Wooden Wolf semble toujours hanté, ce qui est une bonne nouvelle pour nous. Plus marquant que son précédent Seven Songs parce que plus étoffé, il pourrait presque nous faire croire que l’excellence est facile.

http://thewoodenwolf.bandcamp.com/album/moonlight-serenades-op-4

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • JJH Potter - Low tide

    Encore un artiste folk hexagonal et encore un détour qu’il est bon de faire. Ce premier album est publié par #14 records, le refuge du génial The Wooden Wolf, ce qui est évidemment ce qui a attiré notre attention. Une fois attirée, cette attention a été captée par cette voix claire et la limpidité revigorante des morceaux, hantés mais pas trop.
    L’accord des voix sur Lonely Star pourrait être une version (...)

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk (...)