Accueil > Musique > 2015 > Alina Orlova - 88

Alina Orlova - 88

mercredi 29 juillet 2015, par Marc


On n’était pas venus pour elle, d’ailleurs on n’en avait jamais entendu parler mais on n’a retenu qu’elle. Alina Orlova, c’est l’histoire d’un choc, d’une découverte, d’un coup de cœur inattendu un soir de concert où on s’était déplacés pour Agnès Obel qui du coup nous apparait comme moins passionnante.

Sur cette lancée, on avait découvert son album Mutaborqui arrivait à étoffer la formule piano/voix du concert. L’attention se diluait aussi parfois mais on a eu la confirmation du talent de la jeune Alina à travers quelques morceaux qui nous hantent encore. A ce niveau d’évocation et d’émotion, la barrière de la langue (elle s’exprime principalement dans sa langue natale) s’estompe complétement.

La surprise sur ce troisième album, c’est surtout le son. Dès Sailor qui semble bien marqué par les années ’80, la voix ne tient pas toujours les avant-postes, les passages instrumentaux pouvant aussi apporter leur lot d’intensité. Les sons de synthé ne sont pas nécessairement modernes sur Day mais il en faut plus pour plomber le morceau. Et si on ferme les yeux sur la reverb trop appuyée de la guitare de Sapnai, on se dit que ce morceau n’en sort pas nécessairement grandi. Le plus déroutant est sans doute Good Night qui semble singer le premier Depeche Mode sorti 7 ans avant sa naissance. Dans un monde idéal, un producteur mieux au fait de ce qui se fait de bien devrait discerner le potentiel de cet album et lui donner des atours que la voix mériterait. Tant qu’il y est, il y a déjà un beau contingent de perles sur l’album précédent dont il pourrait s’occuper aussi. On fait passer le mot ?

Parce que comme sur Mutabor, il y a de nombreuses raisons de succomber. Parce que soudain, Utrom surgit sur votre route et là, gare à vos petits sentiments. Ce morceau n’est pas trop différent du reste, juste un peu plus prenant, plus joli et en devient magnifique. Drift nous rappelle qu’à cette altitude-là, on ne croise guère que des specimens comme Soap & Skin. Et puis sur la longueur, cet album ne nous laisse pas décrocher, alternant avec bonheur hauts faits et morceaux tout simplement délicats (Spinduleis).

Une des très grandes voix de notre époque est une perle cachée en Lituanie. Même s’il est tout à fait possible de se procurer cet album, il ne semble pas inutile d’appuyer cette sortie qui vient confirmer qu’Alina Orlova est un talent brut qu’il faut suivre. Le jour où elle rencontre un bon producteur pour donner à cette voix exceptionnelle et à ses morceaux la patine des bonnes choses actuelles, elle explosera enfin. En attendant, 88 est son album et l’année de naissance d’une artiste désormais indispensable.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

5 Messages

  • Alina Orlova - 88 29 juillet 2015 19:19, par Laurent

    Enfin ! L’attente m’a semblé interminable (malgré le live, là, pour patienter)... Merci Marc, de nous informer de cette sortie ultra confidentielle. Je rame un peu pour me procurer le cd, tu aurais une piste ?

    repondre message

  • Alina Orlova - 88 18 août 2015 07:26, par olivier

    En Mars 2012, elle faisait partie de ma Tapenade7 Récolte 1 avec son album "Mutabor" datant déjà de 2010 (le titre "Sirdis" a une intensité émotionnelle indescriptible ) Merci Marc pour cette rubrique concernant le nouvel album de cette à la voix si touchante. Je m’empresse de l’écouter afin d’en faire part à mes amis Tapeneurs dès la
    rentrée début Septembre dans la Récolte 5 ...
    PS : N’est il pas mieux pour nous qu’elle ne rencontre pas ce producteur dont tu parles ? Pour sa notoriété OK, mais pour sa fraicheur ??? Eternel débat ...
    PS : Dans la même Tapenade il y avait l’album de Laura Gibson avec l’excellent titre "Feather Lungs"

    repondre message

    • Alina Orlova - 88 18 août 2015 16:09, par Marc

      Il faut répandre la bonne parole d’Alina Orlova, c’est certain. Elle sera sur l’imminente compile 49 d’ailleurs. De ta dernière récolte, je retiens surtout Ibeyi et Jeanne Added dont je reparlerai probablement ici prochainement.

      Concernant un hypothétique producteur, je ne veux pas qu’on ajoute des paillettes, mais seulement que quelqu’un puisse lui dire que certains de ses sons de synthé sont tout juste ringards. Un David Sitek ou un Owen Pallett, ça le ferait, non ?

      repondre message

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)