Accueil > Critiques > 2015

Stephan Bodzin - The Powers of Ten

mardi 11 août 2015, par Marc


Il y a des artistes qui passent comme ça, livrent un album magnifique et disparaissent aussitôt du radar. Par la faute d’un public versatile ou d’un état de grâce compliqué à reproduire, allez savoir. Aux côtés de The Field, Paul Kalkbrenner (qui revient en ce moment en forme moyenne) ou Pantha Du Prince (ce dernier étant tout de même plus constant), on avait cédé aux sirènes de Liebe Ist… de Stephan Bodzin il y a huit ans et on est donc tout surpris de le voir ressurgir.

Et on peut dire que le retour du producteur de Brême fait vraiment du bien. Oubliez donc les roulements de batterie vulgos, les chants de diva de prisunic, l’EDM beauf, on navigue ici dans des eaux plus classieuses. Ce qui ne veut pas dire austère pour autant.

Non, la minimale n’est pas morte, elle s’agite encore sur Ix où des couches collisionnent et s’entrechoquent. On a toujours droit à de grosses décharges, à de faux redémarrages qui se relancent comme on frappe une boule de flipper. Et les poussées sur Lila ou Zulu sont évidemment très générateurs d’euphorie. La rythmique est pneumatique et les morceaux restent louvoyants, voire lancinants (Odysee). Mais il arrive à trouver l’équilibre entre un son bien rond et des nappes plus atmosphériques (Birth). Et puis ces morceaux sont en permanente évolution, ne sont jamais figés.

Après un relatif ventre mou de milieu d’album, une plage titulaire qui propose moins de relief, il repart de belle façon avec Lila dont on a déjà évoqué les giclées d’adrénaline. Et puis il nous achève avec le long Wir (qui prend même le temps de presque s’arrêter, ça s’écoute ci-dessous) qui m’est resté vissé en tête pendant longtemps.

Sans doute que cet album compte moins de bouffées d’euphories froides que sa première livraison de 2007. Encore qu’on a pu l’écouter encore et encore sans jamais se lasser. Très subtil et générateur d’une euphorie durable, cet album de Stephan Bodzin est un de mes rafraîchissement de l’été.

http://www.stephanbodzin.com/

Et tout l’album peut s’écouter ici

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Bitter Moon & After 5:08 – Berlin Kinder

    On vous avait dit en son temps à quel point on appréciait l’electro un peu vintage du duo suisse Bitter Moon. On dirait que le duo After 5:08 (Aloys Christinat et Matthew Franklin) qui les accompagne est dans un mood plus ambient. La répartition des rôles n’est pas précisée mais on se doute que les plages plus apaisées (on peut même y entendre des bruits d’eau) leur sont attribuables.
    La voix de Réka (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version (...)