Accueil > Musique > 2015 > Stephan Bodzin - The Powers of Ten

Stephan Bodzin - The Powers of Ten

mardi 11 août 2015, par Marc


Il y a des artistes qui passent comme ça, livrent un album magnifique et disparaissent aussitôt du radar. Par la faute d’un public versatile ou d’un état de grâce compliqué à reproduire, allez savoir. Aux côtés de The Field, Paul Kalkbrenner (qui revient en ce moment en forme moyenne) ou Pantha Du Prince (ce dernier étant tout de même plus constant), on avait cédé aux sirènes de Liebe Ist… de Stephan Bodzin il y a huit ans et on est donc tout surpris de le voir ressurgir.

Et on peut dire que le retour du producteur de Brême fait vraiment du bien. Oubliez donc les roulements de batterie vulgos, les chants de diva de prisunic, l’EDM beauf, on navigue ici dans des eaux plus classieuses. Ce qui ne veut pas dire austère pour autant.

Non, la minimale n’est pas morte, elle s’agite encore sur Ix où des couches collisionnent et s’entrechoquent. On a toujours droit à de grosses décharges, à de faux redémarrages qui se relancent comme on frappe une boule de flipper. Et les poussées sur Lila ou Zulu sont évidemment très générateurs d’euphorie. La rythmique est pneumatique et les morceaux restent louvoyants, voire lancinants (Odysee). Mais il arrive à trouver l’équilibre entre un son bien rond et des nappes plus atmosphériques (Birth). Et puis ces morceaux sont en permanente évolution, ne sont jamais figés.

Après un relatif ventre mou de milieu d’album, une plage titulaire qui propose moins de relief, il repart de belle façon avec Lila dont on a déjà évoqué les giclées d’adrénaline. Et puis il nous achève avec le long Wir (qui prend même le temps de presque s’arrêter, ça s’écoute ci-dessous) qui m’est resté vissé en tête pendant longtemps.

Sans doute que cet album compte moins de bouffées d’euphories froides que sa première livraison de 2007. Encore qu’on a pu l’écouter encore et encore sans jamais se lasser. Très subtil et générateur d’une euphorie durable, cet album de Stephan Bodzin est un de mes rafraîchissement de l’été.

http://www.stephanbodzin.com/

Et tout l’album peut s’écouter ici

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)