Accueil du site > Musique > 2015 > White Note - Oppositional Defiant Disorder

White Note - Oppositional Defiant Disorder

mercredi 7 octobre 2015, par Marc


White Note est un groupe parisien qui a déjà sorti un album et un EP. On en parle aujourd’hui parce qu’on pense qu’il y a plusieurs choses ici qui pourraient vous plaire. On est là pour ça après tout. Hors de toute mode mais sans être daté non plus, la formation parisienne retrouve l’esprit éclectique et efficace de formations nineties comme Strangelove ou Jack sur Amito. Ou alors du Gene seconde époque. Bon, il faudrait que je me fasse à l’idée que je ne m’adresse pas qu’à des trentenaires bien avancés. Pour les autres, pensez à une musique intense teintée d’un lyrisme pas trop poussé. Même si la voix peut y faire penser, c’est plus sobre que ce que proposait Arid.

Cette voix est d’ailleurs toujours à la hauteur et se prête à bien des circonvolutions, ce qui est une bien bonne surprise. Remarque que je suis toujours le seul à faire, on distingue quelques pointes d’accents frenchy sur quelques morceaux (pas tous étrangement) mais ce n’est en général pas une source de réticence. On a pris l’habitude de juger les albums sur leurs hauts faits, parce qu’il faut des morceaux qu’on puisse réécouter à l’envi. Emphatique comme il faut avec une ligne mélodique bien claire, That’s All Folks fait partie de ces morceaux gâteau, avec des couches, des surprises au fur et à mesure de l’enfoncement de la cuiller. Si comme moi vous avez besoin d’un morceau d’accès pour un album, le voici (il est en dessous pour que vous n’ayez aucun doute.

Mais le plus chouette dans l’histoire, c’est qu’il n’est pas seul. Coma s’appuie sur de vrais violons pour arriver à nous évoquer Sigur Ros (référence dûment revendiquée du reste) par les voix de lemmings dépressifs et le climat d’ampleur la guide. Voilà il y deux sommets sur cet album mais il n’y a pas que ça. On s’en voudrait de passer sous silence le violon soyeux pour l’intro de Homeless Mind qui est en fait un instrumental presque post-rock ou les poussées de Shima qui introduit l’album de bien engageante façon.

Il semble que les groupes amples et un peu intenses sur les bords ne soient plus légions de ces jours-ci. Mais on n’en est que plus reconnaissant à ce groupe de rallumer le temps de quelques morceaux brillants la flamme d’un rock finalement intemporel et fouillé.

_https://whitenote.bandcamp.com/albu...

Article écrit par Marc

Share on Facebook

Répondre à cet article

1 Message

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0