Accueil > Musique > 2015 > Metric - Pagans in Vegas

Metric - Pagans in Vegas

lundi 12 octobre 2015, par Marc


La sympathie qu’on à pour un groupe peut être aussi irrationnelle qu’indéfectible. Les Canadiens de Metric ont toujours été chers à nos cœurs, sans doute parce que personne ne leur ressemble vraiment, et ils ne nous ont jamais déçu. On avait cru le temps de l’excellent Fantasiesque le décollage serait vertical et définitif, mais ce ne fut pas le cas. Ils reviennent tout de même avec sous le bras un Pagans In Vegas qui nous donne ce qu’on en attendait, ni plus ni moins.

Il est parfois tentant d’associer pop et insouciance mais ce n’a presque jamais été le cas avec Metric. il faut aussi avouer que si leur critique est toujours bienvenue, elle n’est pas non plus très subversive, quitte même à être en porte-à-faux. Eux qui ont parlé de Dead disco/Dead funk/Dead rock and roll/Remodel/Everything has been done sur un de leurs morceaux les plus fameux (Dead Disco) n’hésitent en effet jamais à faire référence à l’histoire du rock.

On se souvient par exemple de Who would you rather be/The Beatles or The Rolling Stones sur Gimme Sympathy. Ici, on retrouve sur The Governess quelques clins d’œil à Jimi Hendrix. Mais ces références peuvent se trouver dans la musique aussi, comme la petite guitare de Cure circa Disintegration sur For Kicks ou certains sons de Too Bad So Sad qui semblent provenir directement des bandes du Personal Jesus de Depeche Mode. De même, The Face pt.I est un instrumental qui aurait pu se trouver sur Construction Time Again.

Mais l’essentiel n’est pas la, on retrouve la bande de Toronto emmenée par l’épatante Emily Haines avec beaucoup de plaisir parce qu’on manque parfois de ce mélange souvent explosif entre une grosse dose de mélancolie sous-jacente et une musique plutôt catchy. Too Bad, So Sad a tout ça et se profile comme la plus convaincante carte de visite de cet album. Les autres réussites se situent plus dans leur veine électronique (Cascades qui était le single éclaireur) ou dans leur capacité à gérer le mid-tempo sans faiblir (Celebrate).

Si on peut déplorer que leur mini-tournée européenne évite soigneusement notre riant royaume mais pas nos pays limitrophes, il se pourrait qu’on entende reparler deux bien vite vu qu’ils disent avoir assez de matériel pour un successeur en 2016. En attendant, on s’est surpris à réécouter cet album plus que prévu parce qu’il nous propose ce qu’on peut attendre d’eux et que personne d’autre n’est à même de nous donner.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)