Accueil > Musique > 2015 > Séance de Rattrapage #36

Séance de Rattrapage #36

vendredi 16 octobre 2015, par Marc, Mathusalem


Aaron - We Cut The Night

Et si la force d’Aaron était aussi sa faiblesse ? Ils ont un gros son bien agréable mais on les sent soucieux de susciter une émotion qu’ils n’ont pas les moyens de vraiment créer, faute d’un talent d’interprétation supérieur (le chant est bien en place ceci dit) et d’un gros son qui lisse forcément le propos. Peu de gens réussissent ce mélange et Archive avec qui le rapprochement a déjà été fait avec pertinence est dans le même cas. D’ailleurs, les exemples les plus réussis de ce chaud/froid sont à aller chercher du côté d’apports plus métissés, chez Massive Attack ou Tv On The Radio.

Mais pour revenir à ce We Cut The Night, on est agréablement surpris de les voir maintenir le cap sur toute la longueur de cet album. Blouson Noir était assez alléchant et finalement se révèle assez fidèle à ce qu’on entend ici. C’est-à-dire un son costaud, plus vraiment de scorie et un bon équilibre général.

Donc le piège de la mièvrerie n’est même pas tendu. Magnetic Road ou We Cut The Night présente même une bonne intensité et on sait aussi qu’ils peuvent maîtriser la mélodie, la progression d’accords et la densification sue Maybe on the Moon. Le duo français sort son album le plus constant à ce jour, préférant définitivement capitaliser sur ses forces en oubliant de se disperser. (Marc)

100% chevalier - EP ée

Oui, certains noms de groupe peuvent être un peu étranges. Mais au moins on peut les retenir. Mais il y a plus qu’un nom sur ce premier EP (au nom lui aussi pas piqué des vers. Il y a un joli groove, pas trop éloigné de ce que leurs compatriotes d’Im Takt faisaient au début. Ou bien Holy Fuck (autre patronyme difficilement oubliable).

De l’engagement, du rythme, une basse en point central, un peu de Krautrock pour ceux qui aiment ça, on connait la recette et on reprend volontiers une petite rasade de ce mélange. Speed-kraut, ça vous va comme nouvelle étiquette toute neuve ? Ils ne reculent pas devant un son de guitare plus abrasif sur La Buse, morceau lui-même bien emballé.

Ou pourra aussi parler de Math-Rock dans ces soubresauts précis. Il avait circulé un peu avant la sortie du premier album de Foalsune version instrumentale de l’album. On retrouve cette veine sur Beluga.

5 titres pour un EP, c’est sans doute la meilleure dose pour profiter de ce petit boost énergique impeccablement exécuté par ce trio guitare-basse-batterie provenant de Strasbourg. Si les genres mentionnés vous parlent, vous savez ce qu’il vous reste à faire. (Marc)

http://100chevalier.bandcamp.com/

Chvrches - Every Open Eye

Des fois, on se surprend à se surprendre soi-même… Ceux qui ont encore le courage d’arpenter régulièrement ce site sont depuis longtemps habitués à être confrontés à des choses parfois bizarres, fréquemment méconnues, souvent introspectives, voire même neurasthéniques… Et puis, toutes les dix lunes, on est soudainement torpillé par un truc inattendu, bien loin de notre registre de compétence habituel.

Lorsque les premiers singles de CHVRCHES sont sortis, en 2012, on avait déjà dit tout le bien qu’on pensait d’eux… L’heure en est à la récidive, le sourire aux lèvres et la fleur au canon, car le second album enfonce le clou… La voix de Lauren Mayberry est toujours aussi remarquable, quant au son, il est tout bonnement énorme et tend à compenser la linéarité d’un album qui, bien que dense/dance (Les deux orthographes sont ici autorisées et même complémentaires), ne bénéficie plus de l’effet de surprise du raisonnablement varié.

The Bones Of What You Believe, qui souffrait, lui, d’une production vraiment cheap… On peut tout au plus émettre le regret qu’ils n’aient pas tenté de s’aventurer vers des territoires plus atmosphériques, voire même expérimentaux, en tout cas moins « Tchac-Boum », comme on était en droit de le penser en entendant Caught The Light qui clôturait le premier opus. Quoiqu’il en soit ce Every Open Eye , parsemé de leurs désormais « Tics compositionnels » assez identifiables, est néanmoins un pari pleinement réussi pour la bande de Glasgow... Au fait, ils seront à l’AB bientôt. Et dire qu’on les aura vu de très près au Bota, il y a deux ans, pour pas cher... (Mathusalem)

Article Ecrit par Marc, Mathusalem

Répondre à cet article

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)