Accueil > Critiques > 2015

 !!! - As If

mercredi 21 octobre 2015, par Marc


Tout qui a vu se déhancher Nic Offer sur scène, habillé normalement ou en caleçon américain et appuyé par une machine de guerre de dancefloor ne peut qu’avoir de la sympathie pour  !!! (ça se prononce tchic-tchic-tchic on le rappelle). S’ils n’ont qu’un seul album vraiment enthousiasmant sur la longueur (Myth Takes), ils ont su maintenir la pression, navigant plutôt dans les eaux disco plutôt que dans la mouvance DFA (LCD Soundsystem, The Rapture) qui était là au même moment et au même endroit.

Cet As If est comme une fusée qui largue progressivement ses étages. On peut classer le premier dans le propulseur à poudre indispensable pour s’arracher du sol mais ne participant pas au largage. On n’y retrouve d’ailleurs pas de chant à proprement parler, il faudra attendre Sick Ass Moon qui part dans sa seconde partie sur un mode presque purement électonique.

Ils connaissent leur métier et sortent la grosse basse à la Moroder et la grosse caisse sur Every Little Bit Counts et modèlent Til The Money Runs Out à coup de réverb’. La bonne idée de ne presque jamais appuyer sur la pédale de freins. Donc ça groove sans discontinuer ou peu s’en faut. On a donc quelques morceaux plus saignants comme Ooo ou Freedom ! ’15 qui nous fait cependant plus penser qu’on est en 1978.

Ils n’hésitent pas à se lancer dans des exercices hors-format avec I Feel So Free (Citation Needed) mais le milieu d’album souffre légèrement d’un peu trop d’abstraction (All The Way) ou de roue libre (Funk – I got This).

 !!! se transforme de nouveau en une machine à groove un peu abstraite, toute orientée vers l’exultation. C’est moins percutant dans le détail que ce qu’ils ont pu livrer sur Myth Takes mais ils ne perdent pas leur fameux sens de la fête et du bordel finalement bien organisé.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Bitter Moon & After 5:08 – Berlin Kinder

    On vous avait dit en son temps à quel point on appréciait l’electro un peu vintage du duo suisse Bitter Moon. On dirait que le duo After 5:08 (Aloys Christinat et Matthew Franklin) qui les accompagne est dans un mood plus ambient. La répartition des rôles n’est pas précisée mais on se doute que les plages plus apaisées (on peut même y entendre des bruits d’eau) leur sont attribuables.
    La voix de Réka (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version (...)