Accueil > Musique > 2015 > Youth Lagoon - Savage Hills Ballroom

Youth Lagoon - Savage Hills Ballroom

lundi 2 novembre 2015, par Marc


Youth Lagoon, c’est en fait Trevor Powers, artiste qui a sorti il y a quatre ans déjà un album très attachant, très en phase avec son époque qui a vu l’éclosion de talents plutôt solitaires qui sont souvent sortis de leur coquille depuis comme Mike Hadreas (Perfume Genius), Low Roar et Porcelain Raft. Le plus beau de l’histoire, c’est qu’aucun ne s’est fourvoyé depuis tout en prenant des chemins différents des autres.

La pop indie, ça ne doit être qu’excitant, une musique accessible et libérée d’un son trop propre destiné aux radios aussi frileuses que le public mainstream. Non, ce n’est pas demain qu’on entendra Youth Lagoon en faisant ses courses et si je le déplore, je dois me contenter de le constater. Pourtant, son troisième album a beaucoup pour plaire, à commencer par une belle propension à l’ampleur qui se manifeste aussi sur scène.

Après le début un peu souffreteux, il lâche les chevaux par une rythmique bien appuyée et même un peu de distorsion. Officer Telephone est un morceau solide qui le resitue d’emblée dans les parages de Menomena. L’étrange idée qui est venue après quelques écoutes, c’est qu’il chante un peu comme Sarah Assbring d’El Perro Del Mar, ce qui est un rapprochement un peu étrange mais garant d’une mélancolie certaine (Rotten Human) qu’il a souvent le bon goût de relever de coups de chaleur (Again). Et pour prouver que sa palette est large, il peut casser la routine à coups d’instrumentaux (Doll’s Estate) qui ne peuvent même se révéler bien beaux (X-Ray).

S’il n’utilise plus des pelles d’effets pour planquer la voix, il ne s’est pas transformé en candidat à The Voice pour autant. On peut en tous cas interpréter ça comme une marque de confiance en soi. Cette voix est presque systématiquement en avant en début de morceau avant que ça ne s’emballe. Ce quasi systématisme n’est pas dérangeant puisque l’équilibre est là. Et il permet de grands morceaux pop comme Highway Patrol Stun Gun sur lequel il reprend tous les éléments de chamber pop (piano aux commandes, violoncelle...) pour en faire un morceau au charme indéniable et plus accrocheur que ce que font ses coreligionnaires en moyenne.

Voilà, encore une éclosion en bonne et due forme. On avait déjà perçu ça chez d’autres de sa génération et on est contents de voir que Trevor Powers peut lui aussi passer la vitesse supérieure pour livrer ce qu’il est tellement difficile à réussir, à savoir un album de pop indépendante qui tienne la longueur.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)