Accueil > Musique > 2015 > Esmerine - Lost Voices

Esmerine - Lost Voices

lundi 9 novembre 2015, par Marc


Dans le jeu des familles, il n’est pas trop compliqué de situer Esmerine. Groupe instrumental de Montréal signé chez Constellation, fondé par d’anciens membres de grands groupes, la violoniste Rebecca Foon (Silver Mt Zion) et le percussionniste Bruce Cawdron (Godspeed You ! Black Emperor), recevant ici le renfort de la grande Sophie Trudeau (des deux groupes précités), tout s’empile pour qu’on ait envie d’en parler. Ajoutez à ça que le groupe est devenu au fil des années un quintette ave notamment Jamie Thompson (The Unicorns, Islands) et les papilles sont mises à contribution. Mais ce groupe est plus qu’un side-project comme l’est Bell Orchestre pour les membres d’Arcade Fire.

Surtout qu’on avait déjà découvert sur leur précédent Dalmakune personnalité propre. Notamment parce qu’ils ont eu la bonne idée de collaborer avec des musiciens turcs, donnant une coloration plutôt unique à ce genre très balisé. On attend tout de même un peu d’action et elle vient bien vite. Quand le premier morceau se fend en son milieu, la mâchoire pend déjà bien bas et cette poussée a de la profondeur, de la gravité, de l’exultation, comme quand Godspeed monte sur ses grands chevaux. Mais sans guitare puisqu’une certaine douceur est toujours privilégiée.

On avait décelé sur l’album précédent quelques moments d’intensité entrecoupés de beaucoup de plages trop placides. Certes, on retrouve un peu ce schéma ici mais non seulement les hauts faits sont un rien plus nombreux, mais les moments où la pression retombe sont aussi plus gratifiants.

A part le morceau initial proposé ci-dessous, les moments plus spectaculaires se retrouvent au détour de la guitare (oui, il y en a donc) de 19/14 ou quand Funambule (Deus pas de Serein) repart sur un mode oriental. Comme on l’a dit, les plages plus calmes ne sont plus de longs intermèdes presque ambient mais sont plus solidement charpentés. Certes, le placide A River Runs Through The City se présente presque comme une musique de film, mais son côté faussement répétitif que ne serait pas renié par Tortoise. Et la conjonction de marimbas (ou de cloches ?) et de contrabasse sur My Mamma Pinned a Rose on Me est un mélange bien envoûtant.

Il faut résister à la tentation de ne voir chez Esmerine un Godspeed version light. Parce que cette très relatve légèreté, ces morceaux plus courts et directs ont aussi leur charme, leur personnalité complexe, une subtilité et une constance qui les éloigne de l’esprit volontiers bruitiste de l’insurpassable référence. Lost Voices semble leur album le plus équilibré à ce jour, indispensable aux amateurs de musique instrumentale forte.

http://www.esmerine.com/
http://cstrecords.com/esmerine/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)

  • Cecilia::Eyes - Sore Memories Always End

    L’évolution est une notion compliquée à adopter pour un artiste. Il faut la découpler de celle du progrès d’ailleurs. Après sept ans d’absence discographique, l’envie est sans doute grande de reprendre les choses où elles en étaient, mais pas tout-à-fait. Ce qui est manifeste aussi, c’est que la formation hennuyère avait des choses à dire puisque cet album a une durée qui devient inhabituelle (75 minutes).
    Il y avait déjà eu des voix sur des versions alternatives de leurs titres et on sentait à l’époque (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)