Accueil > Musique > 2015 > Frog Eyes - Pickpocket’s Locket

Frog Eyes - Pickpocket’s Locket

mercredi 11 novembre 2015, par Marc


Si on n’a jamais parlé de Frog Eyes en tant que tel, on connait bien la famille. Carey Mercer est en effet avec Dan Bejar et Spencer Krug un des membres de Swan Lake. Ceux qui connaissent toutes ces formations seront très vite chez elles ici, même si l’abord est un peu plus abrupt.

Alors que Dan Béjar tend vers une forme plus directe mais fouillée avec Destroyer, Mercer reste plus alambiqué et obscur. Mais ce n’est pas trop déroutant pour ceux qui se seraient frottés à, disons, Sunset Rubdown, autre projet de Spencer Krug. C’est d’ailleurs ce dernier qui signe les arrangements de cordes. Les violons semblent à ce titre un peu lisses par rapport aux morceaux torturés qui les accueillent.

S’il reste un interprète et compositeur hors du commun, il n’est pas prêt de supplanter un Owen Pallett (on en est proche pour The Demon Runner), Patrick Wolfou River Whyless dans cet exercice. Attention, tout est classieux et sobre mais sans fantaisie, ce qui est un comble quand on voit les forces en présence. Sans doute est-ce voulu d’en faire un élément modérateur. Ceci dit, on dénote quand même pas mal de panache sur Rip Down The Fences ou Crystal Blip.

Ce qui frappe d’emblée par contre, c’est que Mercer est un interprète hanté, de la trempe de ses compagnons Béjar et Krug. On dénote même des traces du Bowie des premiers albums quand sa voix monte (Death’s Ship, Rejoinders In The Storm). Ce qui forcément induit souvent une belle intensité comme sur le solide Rejoinders in the Storm qui se relance en toute fin de fort belle façon ou le bien dosé The Beat Is Down. Et on se fait à l’occasion surprendre par des morceaux comme I Ain’t Around Much qui montent bien haut quand on ne les attend plus.

Il y a donc plein de rapprochements faciles avec des artistes qu’on connait bien puisque Mercer a le même sens de la mélodie tordue et de l’intensité comme but ultime que ceux qu’on apprécie depuis tellement longtemps mais si sur la longueur on ne se hisse pas toujours aux sommets constants de Destroyer ou Moonface, la personnalité de Mercer en fait un interprète fort et unique. Si vous aimez la famille, vous ne pourrez qu’apprécier ce membre-là.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)