Accueil > Critiques > 2015

Isbells - Billy

lundi 23 novembre 2015, par Marc


Marble Sounds et Isbells sont deux groupes proches et éloignés à la fois. Signés tous deux chez les indispensables Zeal Records de Leuven, ils partagent aussi une bonne partie de leur line-up. Pourtant, ils ont toujours su se différencier, pour proposer deux interprétations de la délicatesse. Donc, avant de découvrir le prochain album de Marble Sounds prévu pour le mois de janvier, penchons-nous sur cette sortie d’Isbells.

Le premier album avait été une bonne surprise, qui leur avait valu quelques comparaisons méritées avec Bon Iver. Le second avait confirmé ces belles dispositions (émaillées de passages dans des séries américaines célèbres et autres publicités) et ils poursuivent logiquement dans cette voie. Est-ce pour se différencier du groupe cousin qu’ils poussent encore leur côté délicat plus loin ? Difficile à dire, mais il n’en reste pas moins que cette discrétion du groupe de Gaëtan Vandewoude et Chantal Acda confine à l’évanescence parfois.

Un peu après le déjà très doux Billy, Calling et sa voix vocodée ne présente que des notes de piano éparses, des nappes très discrètes. Il n’y a aussi que très peu de guitare pour Nothing Goes Away qui s’en contente fort bien. Mais ce n’est pas pour autant qu’ils ont renoncé à quelques passages plus sentis. Avec un peu de slide guitar, Hand On My Chest nous offre une densification en direct alors que le morceau semblait englué dans la même torpeur que le reste de l’album. Falling For You est aussi un peu plus enlevé. Et quand The Sound Of A Broken Man pousse encore plus loin la lenteur puis tente la remontée électrique, il nous livre un grand moment lumineux

En poussant encore plus loin l’intimité, Isbells produit un album presque abstrait, confinant à l’ambient parfois. Pas étonnant qu’ils partagent l’affiche avec leur compagnon de label Illuminine, pour des soirées qu’on devine très intimes. Autant le dire, la lenteur occasionnelle est un peu trop poussée pour moi mais fort heureusement, leurs poussées relancent souvent l’intérêt, montrant qu’il suffit de très peu de choses pour qu’ils deviennent vraiment touchants.

http://www.isbells.be/

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • The Imaginary Suitcase - Alone, we go faster. Together, we go further (...)

    Dix ans déjà et maintenant dix critiques de notre côté (on se place tout de même comme exégètes officieux), c’est le temps de la célébration. Pour fêter ça, ce n’est pas vraiment le genre de la maison de sortir une best-of pour les fêtes. Par contre, profiter de l’occasion pour retrouver des collaborateurs qui l’ont accompagné, c’est bien plus le genre de Laurent Leemans. Regarder dans le rétroviseur pour (...)

  • Sïan Able - Veni Vidi Sensi

    D’accord, un premier EP qui plait, c’est un bon début mais confirmer avec un bon premier album, c’est l’étape cruciale d’une carrière. Donc Sïan Able (anagramme de son vrai nom Anaïs Elba) passe la vitesse supérieure et son talent ne se dilue pas dans la taille d’un album.
    On l’a déjà dit, les styles plus soul ne sont pas nécessairement ceux qu’on goûte le plus. Pourtant on l’avait tout de suite adoptée, (...)

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent (...)

  • Nadine Khouri - Another Life

    Quand on retient un nom des années et des centaines de critiques plus tard, c’est plutôt bon signe, non ? C’est ce qui s’est passé avec Nadine Khouri dont l’écho de The Salted Air résonne encore à l’heure de découvrir cet Another Life. Ce n’est pas qu’il était flashy pourtant, ou que le style soit si singulier. Mais les morceaux font leur chemin tout seuls. Il y a des artistes qui font ça mieux, c’est comme (...)

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une (...)