Accueil du site > Musique > 2015 > Isbells - Billy

Isbells - Billy

lundi 23 novembre 2015, par Marc


Marble Sounds et Isbells sont deux groupes proches et éloignés à la fois. Signés tous deux chez les indispensables Zeal Records de Leuven, ils partagent aussi une bonne partie de leur line-up. Pourtant, ils ont toujours su se différencier, pour proposer deux interprétations de la délicatesse. Donc, avant de découvrir le prochain album de Marble Sounds prévu pour le mois de janvier, penchons-nous sur cette sortie d’Isbells.

Le premier album avait été une bonne surprise, qui leur avait valu quelques comparaisons méritées avec Bon Iver. Le second avait confirmé ces belles dispositions (émaillées de passages dans des séries américaines célèbres et autres publicités) et ils poursuivent logiquement dans cette voie. Est-ce pour se différencier du groupe cousin qu’ils poussent encore leur côté délicat plus loin ? Difficile à dire, mais il n’en reste pas moins que cette discrétion du groupe de Gaëtan Vandewoude et Chantal Acda confine à l’évanescence parfois.

Un peu après le déjà très doux Billy, Calling et sa voix vocodée ne présente que des notes de piano éparses, des nappes très discrètes. Il n’y a aussi que très peu de guitare pour Nothing Goes Away qui s’en contente fort bien. Mais ce n’est pas pour autant qu’ils ont renoncé à quelques passages plus sentis. Avec un peu de slide guitar, Hand On My Chest nous offre une densification en direct alors que le morceau semblait englué dans la même torpeur que le reste de l’album. Falling For You est aussi un peu plus enlevé. Et quand The Sound Of A Broken Man pousse encore plus loin la lenteur puis tente la remontée électrique, il nous livre un grand moment lumineux

En poussant encore plus loin l’intimité, Isbells produit un album presque abstrait, confinant à l’ambient parfois. Pas étonnant qu’ils partagent l’affiche avec leur compagnon de label Illuminine, pour des soirées qu’on devine très intimes. Autant le dire, la lenteur occasionnelle est un peu trop poussée pour moi mais fort heureusement, leurs poussées relancent souvent l’intérêt, montrant qu’il suffit de très peu de choses pour qu’ils deviennent vraiment touchants.

http://www.isbells.be/

Article écrit par Marc

Share on Facebook

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0