Accueil du site > Musique > 2005 > Bright Eyes : Digital Ash For A Digital Urn

Bright Eyes : Digital Ash For A Digital Urn

dimanche 13 août 2006, par Marc


Et si j’orchestrais ces fort jolies chansons folk ? C’est ce qu’a dû se dire Conor Oberst, alias Bright Eyes. Sortant deux albums simultanément, on remarque l’étendue des possibilités du bonhomme. Si l’autre album est de facture plus conforme aux anciens albums, celui-ci surprend, voire choque. non que le contenu soit formellement scandaleux, mais c’est une nouvelle facette qui y est dévoilée. Pas de guitare acoustique, des synthés (le gimmick de Gold mine Gutted est plutôt réussi).

Pop mélancolique (Hit the switch), hymne popifiant gentillet (Take it easy), on sent que les compositions de base étaient plus sombres, ce qui évite de sombrer définitivement. C’est à l’aune des autres albums du garçon qu’on mesure que ce n’est qu’une incartade, semblable au Japanese whispers deThe Cure. Cependant, pour que les morceaux prennent toute leur ampleur, ils sont parfois composés d’entités différentes. L’exemple le plus flagrant est I believe in symmtryp qui se termine dans un final tendant vers le gâteau à la Divine Comedy ou le Pulp des grands jours (celui de This is hardcore, le morceau, pas l’album). Pulp hante aussi le refrain de Devil in the details ou la fin de Hit the switch.

Un petit album tout en légèreté, trop gentil sans doute mais quand la pop ne décervelle pas on applaudit. (M.)

Article écrit par Marc

Share on Facebook

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0