Accueil > Critiques > 2015

Will Samson - Ground Luminosity

mardi 22 décembre 2015, par marc


Dessiner des paysages sonores est un vaste programme, débouchant souvent sur une musique atmosphérique, lente et un peu abstraite. Ne le cachons pas, c’est souvent le cas sur ce premier album de l’Anglais Will Samson mais il y a bien d’autres choses encore. On avait envie de vous en parler parce c’est le toujours excitant label Talitres qui est aux commandes et puis un rapide coup d’œil au pédigrée du garçon nous confirme qu’il a déjà tourné avec des artistes qui nous sont chers comme Shearwater, Marissa Nadler, Timber Timbre ou Do Make Say Think.

Donc, vous ne prendrez pas trop de temps pour vous familiariser avec cet artiste qui présente deux aspects de son œuvre. C’est dans l’élaboration de plages ambient, seul ou en collaboration avec Heimer qu’il s’était distingué et on retrouve logiquement cette veine ici aussi. Il peut donc étaler de longues plages de cordes (Suspended In) ou plus courtes et abstraites (Ground Luminosity).

Mais si on vous en parle, c’est parce qu’il y a aussi autre chose ici. La guitare sur le premier morceau Tumble vient déjà nous rappeler que c’est sur ce label, Talitres, qu’est hébergé le magnifique Will Stratton. Mais tout est plus léger et moins poignant ici. Cette légèreté traverse d’ailleurs tout cet album, et on la retrouve aussi dans les discrètes percussions synthétiques, signe qui ne trompe pas d’un homme seul à la manœuvre, tout comme The Callstore, autre découverte énorme du label.

Cette boite à rythme légère est appuyée par du violon sur le libéré Sunbeamer pt.1 et puis il y a sa voix aussi, qui se place dans la lignée de Bon Iver (Pyrton Bells). On est à ce niveau de délicatesse, mais en moins acoustique que le premier album de Justin Vernon. Elle baigne cet album, jusqu’au bout du l’arpège lumineux de Flow, The Moon. Il y a de la langueur, du vrai spleen cotonneux comme on l’aime avec une slide guitar bien planquée dans le fond et il n’y a guère que When I Was A Mountain pour proposer une petite montée en suspension.

Vous aurez compris que cet album de Will Samson est délicat, très subtil, très léger. A vous de voir si vous avez envie de cette douceur presque évanescente.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)