Accueil > Critiques > 2015

Fufanu - Few More Days To Go

dimanche 27 décembre 2015, par marc


Dans les bonnes façons de découvrir un artiste, les premières parties tiennent clairement la corde. C’est toujours une bonne façon de faire connaissance, sans apriori ni œillères, imprégné d’une musique qu’on découvre. L’ouverture du concert de John Grant était ainsi assez percutante, et m’avait poussé à acheter leur album à la sortie de la salle.

L’impression est telle que l’album semble un peu sage de prime abord. L’abattage du chanteur fait en effet partie du plaisir en live et n’est pas aussi marquant une fois consigné sur cd. Mais ce n’est que partie remise, le charme est ici un peu différent et finit par émerger assez clairement pour ne plus repartir.

Le premier morceau est celui qui entame leur set, avec une basse qui m’a rappelé Fields of The Nephilim. Ca monte déjà et les références cold sont présentes aussi. Tout en ne se plaçant pas dans le sillage direct de la vague ‘froide’, ils en empruntent plus l’état d’esprit que les gimmicks et puis pour un groupe ayant débuté sur la scène techno, ils ne tombent pas dans la facilité synthpop. Pourtant il reste des traces de sons électroniques puisque cette formation est issue d’un duo de techno expérimentale appelé Captain Fufanu. Mais d’une manière générale, c’est le fantôme de Bauhausqui plane ici, ce qui nous convient tout-à-fait, et apparaît comme plus authentique, sombre et prenant que ce que nous ont livré récemment des formations comme Editors ou Interpol.

Il y a donc de l’intensité et du nerf In The Light of The Night et Circus Life se densifie aussi à condition de s’y immerger puis ils transforment l’essai sur Ballerina in the Rain. Cet album progresse donc et ne présente ses meilleurs morceaux qu’après un déploiement de l’ambiance. Et puis ils restent pertinents quand ils se font placides (Plastic People) ou plus sombre (Your Collection).

Donc s’il ne se dévoile pas toujours facilement, cet album s’apprivoise pour le meilleur puisqu’il distille une intensité sombre qui privilégie l’authenticité à l’emballage. Ce groupe islandais pourra plaire aux fans de post-punk fiévreux.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)

  • Squid - Ô Monolith

    Le post-punk anglais avec morgue est un genre très particulier dans lequel les Londoniens de Squid s’étaient distingués. Il faut dire que ce substrat est utilisé dans tellement de contextes pour tellement de résultats, de Bloc Party à Black Country New Road en passant par Art Brut qu’on peut le décliner de bien des façons.
    Et Squid balaie à lui seul une belle partie du spectre, allant même tutoyer la (...)

  • Bärlin - State of Fear

    Cet imposant album d’un trio lillois nous semble familier sans que ce ne soit exactement identique à quoi que ce soit. Si on tente de retrouver son chemin, on est très vite tentés de s’y perdre pour mieux s’y fondre. Le chant très expressif dès Deer Flight, un peu comme si Patrick Wolf s’était mis au post-punk poisseux et éructait (aboyait même sur Revenge). On y secoue lentement la tête pendant que la (...)

  • Rodolphe Coster and Band – High With The People

    On va être tout à fait honnêtes, on n’avait jamais entendu parler du Bruxellois Rodolphe Coster malgré un parcours visiblement déjà fourni, avec un gros pied dans la musique de danse contemporaine. Mais ce n’est pas le plus important, on a copieusement apprécié cet album immédiatement familier.
    New York est ici un endroit d’enregistrement ici mais aussi un style, avec une forte dose de post-punk (...)