Accueil > Musique > Concerts > Dominique A, Joseph d’Anvers, 13/01/2016

Dominique A, Joseph d’Anvers, 13/01/2016

jeudi 14 janvier 2016, par Marc


Quatorze ans, c’est le temps écoulé depuis le dernier passage de Dominique A à l’AB. C’est d’ailleurs à l’occasion de sa première partie de Miossecque je l’avais découvert, pour ne plus le lâcher depuis. Certes, on l’avait déjà vu au Cirque Royal depuis son dernier album Eleor, mais il est toujours intéressant de le revoir. On a eu raison.

On avait depuis peu appris la bonne nouvelle de la première partie assurée par Joseph d’Anvers. D’accord, il a dû se produire seul, ce qui est sans doute un peu plus ingrat qu’avec son groupe en août, mais ce set compact était évidemment à la hauteur de l’événement. Quelques bandes sont enregistrées pour donner de la consistance, mais c’est avec sa seule voix et sa guitare qu’il pioche dans ses quatre albums pour un concert convaincant. On apprend aussi que Ma Peau Va Te Plaire était destiné au successeur du Bleu Pétrole de Bashung qui n’a forcément pas vu le jour. L’album Rouge Fer aurait perdu son meilleur morceau et cette version dépouillée de toutes ses cordes constitue le meilleur moment de ce concert. Le public se garnira au fur et à mesure puisqu’il a commencé bien tôt et le son était à un niveau ’normal’, cassant une presque habitude à l’AB de passer les premières parties moins fort, favorisant la dissipation du public. Rien de ça ici fort heureusement.

Un concert est une affaire de musique, certes, mais aussi de perception. Sans que je puisse expliquer pourquoi, je n’étais pas arrivé à m’immerger complètement dans la prestation des Nuits Bota. L’album Eléor avait pourtant énormément plu mais bon, il y a une part d’impondérable qu’il faut accepter. Cette précaution sera bien inutile cette fois-ci, les deux heures montrant un Dominique A à son sommet. Sa discographie s’étoffe toujours, mais il prend un grand plaisir à revisiter son catalogue à chaque fois, livrant un concert souvent différent. Mais il faut bien dire que le plaisir est augmenté avec la connaissance de tous ses albums. De plus, il arrive à placer quelques morceaux plus obscurs comme le beau Valparaiso dont je n’ai pas trouvé de trace enregistrée ou Manset qui figure sur un EP vendu lors de la tournée de 2009.

Chaque auditeur a sa liste idéale et comme il n’y a que peu de tubes patentés, j’imagine qu’elle varie fortement. Mais d’une manière générale, les nombreux amateurs ont dû avoir leur compte. Les morceaux plus anciens sont revisités plus en profondeur, et leur composition plus brute peut prendre une belle ampleur en concert. Ils sont toujours quatre dont l’excellent et fidèle bassiste Jeff Hallam qui se tortille toujours comme un lombric, le batteur Sacha Toorop et le multi-instrumentiste Boris Boublil. Après la longue tournée qui a suivi Eleor, ils sont remarquables de cohésion et cette nouvelle série de concert entamée hier les voit bien affutés. Et il le faudra pour faire revivre La Mémoire Neuve, Tout Sera Comme Avant (magnifique) ou Revenir Au Monde. Toute la carrière est donc balayée en deux heures avec aplomb. On se dit que finalement, Dominique A n’a pas vraiment d’adversaire à sa mesure en chanson française contemporaine, ce que vient confirmer une fin de l’Horizon dont l’exultation le rapproche plus de Mono que de la tradition Rive Gauche. Mentionnons aussi des éclairages bien inspirés, changeant instantanément l’ambiance sur scène.

Sans surprise, on aura droit aussi à une énième relecture du Courage des Oiseaux, un peu hormonée sans doute et aux parfaits Au Revoir Mon Amour et Eléor qui sont les points d’orgue du dernier album. Ce sera Le Convoi en deuxième rappel qui nous raccompagnera sur le pas de la porte. Puis on a pris congé entre amis après avoir retrouvé avec plaisir celui que l’on suit depuis... quatorze ans.

Je n’avais pas pris mon appareil photo, je ressors donc quelques images de concerts précédents...

[La Madeleine, Bruxelles, 20/08/2015] Album Complet

[La Madeleine, Bruxelles, 20/08/2015] Album Complet

[Cirque Royal, 11/05/2012] Album complet

[Caserne Fonck, Liège, 6/10/2012] Album complet

[Cirque Royal, Bruxelles, 13/05/2015] Album Complet

[Cirque Royal, Bruxelles, 13/05/2015] Album Complet

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)