Accueil > Critiques > 2016

Mechanimal - Delta - Pi - Delta

vendredi 15 janvier 2016, par marc


Non, je ne tiens pas ce genre de compte, mais il me semble tout de même n’avoir parlé de groupe grec ici. Les contextes économico-sociaux des pays influencent de moins en moins le contenu des albums, et chaque culture y fait face de façon différente. Ce qui est sorti de Manchester ou Charleroi n’est pas exactement identique par exemple. Rien de bien folklorique dans le cas qui nous occupe, vu que Mechanimal pratique une musique synthétique aux goûts un peu industriels. Pas besoin de tomber dans la dystopie pour la Grèce de 2015, le contexte se suffit à lui-même.

D’après les informations glanées ça et là, Mechanimal pratiquait une musique sombre et industrielle et a changé sensiblement de cap suite à l’embauche de la chanteuse Eleni Tzavara. Cette origine plus brute a laissé quelques traces pour le meilleur, parce que le son reste assez abrasif par moment, et les laisse assez éloignés au final de ceux qui abordent le versant pop de la musique à synthétiseurs comme Chvrches. La voix a une gamme moins étendue ici, mais cadre spécialement bien avec ces morceaux, et si elle semble parfois à sa limite, ça ajoute une petite touche brute à Repetition.

On peut le dire, Sunlight lorgne donc plus du côté de Ladytron (tout comme Radio On) que d’Einztürzende Neubauten. D’ailleurs, ce premier monte déjà par étages, la guitare apportant une grande contribution à la densité de l’ensemble. Ces couches d’ailleurs montrent une belle maitrise et ne les laisse jamais dévier vers le simplisme. D’accord, les ingrédients sont connus, voix féminine qui parfois déclament, guitare en brouillard ou plus tranchantes, on n’est pas loin d’une dream-pop saignante et aérienne à la fois (Search The Woods), parfois légèrement vénéneuse (Illuminations), ou synth-pop sombre. Ils font aussi appel à un battement bienvenu, faisant de Thistlemilk un grand morceau tout simplement.

Cependant ; ce ne sont pas les instrumentaux qui détonnent. Ils sont en effet encore plus musclés. Sawdust et Ferrum maintiennent bien le cap d’une transe sombre. Parce que l’équilibre trouvé ici est bien intéressant et dévoile ses charmes au fur et à mesure des écoutes. Ce Delta Pi Delta (ils ont évidemment le droit d’utiliser des lettres grecques sans se voir taxer de snobisme) est donc un album qui montre une belle maîtrise, un virage réussi vers une intensité plus accessible. Allez, 2016 ne part pas si mal que ça…

http://mechanimal.gr/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)

  • LSSNS - Transit

    I know it when I see It
    Cette phrase d’un juge de la cour suprême américaine quand on lui demandait ce qu’était la pornographie peut aussi s’appliquer à certains styles musicaux, aussi faciles à identifier que compliqués à décrire. Les années ’80, ce n’est pas qu’une lointaine décennie, c’est un parfum qu’on reconnait tout de suite chez ce trio finno-allemand.
    Et il convient bien à cette pop au synthé bien (...)

  • The Ultimate Dreamers - Echoing Reverie

    Le vintage années ’80 est un style qui se pratique depuis des dizaines d’années. S’il peut évidemment être pratiqué par des novices, on ne se lasse pas non plus de ceux qui ont vécu les évènements en direct. Outre les légendes Wire, il y en a d’autres qui ressurgissent du passé. Actif au milieu des années ’80, le quatuor belge est revenu aux affaires à la faveur du confinement qui les avait vus dépoussiérer (...)

  • AstraSonic - Society

    Les influences, on peut les aborder frontalement ou par la bande. Dans le cas du second album du groupe belge, si les marqueurs post-punk ou cold sont bien là, ils sont déjà très processés. On vous a déjà parlé de groupes comme Ultra Sunn (et on vous reparlera de The Ultimate Dreamers) plus frontalement cold wave ou gothique, on est plutôt ici dans un pop-rock mélancolique qui lorgne du côté d’un (...)