Accueil > Critiques > 2016

Arno - Human Incognito

lundi 18 janvier 2016, par marc


Il est fou ou il fait le fou ? C’est le titre d’un album de Germain et Nous, par Janin et Honorez. Il faut en effet une question belge pour Arno. Parce que s’il existait un équivalent national au classement de l’Unesco au patrimoine immatériel de l’humanité, il serait sans doute le premier à en bénéficier. On avoue aussi que la question liminaire, on se l’est déjà posée, et ce treizième album solo ne vient pas clarifier la situation.

On a donc un peu abdiqué, surtout que les deux tendances faussement opposées de ses albums sont toujours là après quarante ans de carrière, plus marquées que jamais. On peut donc séparer les chansons par leur langue. C’est une distinction qui est moins arbitraire qu’il n’y paraît puisqu’il produit dans ces deux cas des choses bien différentes. Ce qu’en racontait Laurent il y a presque six ans reste donc bien pertinent.

D’un côté donc, on a donc du blues anglophone, bien servi par une voix qui transpire l’expérience, la maturité et une certaine ironie. On retrouve donc avec plaisir cette veine sur le premier morceau I’m Just an Old Motherfucker, Never Trouble ou (Better to dance like a goose/Than to swim in the booze). On a toujours l’impresssion de retrouver un Tom Waits du plat pays et c’est toujours bien réjouissant.

L’autre versant est aussi connu et a assuré sa notoriété pour le grand public qui avait moins accroché le wagon turbulent et jubilatoire de TC Matic. L’album A La Française reste un de ses sommets et il n’abandonne pas le créneau et il a bien raison. Parce qu’ils sont rares ceux qui se frottent au français sans que ce soit leur langue maternelle, et a toujours trouvé un contrepoint, quelques surgissements pas piqués des hannetons. Il n’y en a pas énormément ici, même si on relève tout de même Je n’oublierai jamais/quand ta langue est rentrée dans ma bouche/comme une nouille sautée (Oublie Qui Je Suis).

Mais les morceaux en français sont aussi des terrains de jeu comme le prouve la naïveté un peu forcée de Je Veux Vivre ou La Chanson Absurde qui peut paraître artificielle. Ce qui fait le sel d’Arno dans ces cas-là, c’est la surprise, les tournures inattendues de morceaux emblématiques comme Putain Putain ou Mon Sissoyen. On dirait ici qu’il s’est imposé du décalage, et ça perd en force naturelle. Mais fort heureusement, il clôture cet album par le très beau Santé, montrant qu’il peut toujours être poignant.

Bluesemen crédible et amuseur public, ce sont les deux pôles entre lesquels Arno a toujours oscillé et c’est encore le cas ici. Les deux façons sont encore une fois clairement distinctes mais pour celui qui veut voir de temps à autres où en est Arno Hijntens, les nouvelles sont bonnes.

http://www.arno.be/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Arno - Human Incognito 20 janvier 2016 20:13, par Laurent

    Pas encore entendu l’album (retardé chez mon disquaire habituel), mais je dois dire que le single m’enthousiasme particulièrement. Et le clip est superbe ! Je rêve ou c’est le danseur du Turnpike de dEUS ?

    repondre message

    • Arno - Human Incognito 21 janvier 2016 15:04, par Marc

      Il y a un message qui a circulé, faisant état de problèmes techniques avec le CD (Quand je pense à toi manquerait).

      Bien vu ! Renseignements pris, il s’agit bien de Sam Louwyck qui joue d’ailleurs aussi dans Rundskop...

      repondre message

  • Chaton Laveur - Etat Sauvage

    Parfois il faut de la flexibilité mentale pour réconcilier des concepts. D’un côté on a un nom vraiment amusant mais improbable et une goutte d’eau qui poursuit un promeneur. De l’autre une musique qui revendique à juste titre une étiquette kraut-pop.
    Julie Odeurs et Pierre Lechien profitent donc de cette base solide qui permet la fantaisie par ailleurs. Laquelle peut s’exprime à travers des (...)

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)