Accueil > Musique > 2016 > Villagers - Where Have You Been All My Life ?

Villagers - Where Have You Been All My Life ?

lundi 25 janvier 2016, par Marc


Sur les deux premiers albums de Villagers, le mélange fonctionnait entre les compositions et ‘écriture classique et talentueuse de Connor O’Brien et un habillage plus aventureux. Mais ces versions-ci semblent peut-être plus conventionnelles dans leur intention mais paraissent aussi mieux coller à leur nature. Serait-ce l’amorce d’un revirement qu’on avait déjà du reste ressenti lors de la sortie de son intime et fort réussi Darling Arithmetic ? Après avoir emmené sur les routes ces morceaux déjà bien consistants, ils ont en effet ressenti le besoin de leur donner de nouveaux atours à ces chansons.

Cet album étant déjà bien consistant, et il semble étrange de réenregistrer des morceaux récents dans des versions pas trop différentes. Pourtant, leur traitement ici est plus consistant, et parfois même encore plus beau, comme pour Darling Arithmetic ou la très belle fin d’Everything I Am Is Yours. Le titre de cet album fait référence aux paroles de Soul Serene qui est une des relectures les plus réussies. Comme il le dit sur Courage.

Took a little time to get where I wanted/Took a little time to get free

Pour les morceaux issus des deux premiers albums, la différence est plus marquée évidemment. The Waves est ainsi plus intime. La première version étant enrichie de ‘blip-blips’ caractéristiques et un peu incongrus en première écoute. Il arrivait tout de même à en tirer une bien belle intensité et si vous voulez mon avis, ce n’est pas la dernière version qu’on entend de ce morceau à l’immense potentiel. Et ce n’est pas une version de feu de camp qu’on entend parce que la prise d’intensité est magnifique. Pour ceux qui connaissent, il y a l’impression d’aborder un nouvel album dont certaines mélodies seraient déjà dans l’oreille et on retrouve avec plaisir That Day ou Set The Tigers Free. Memoir quant à lui est un morceau écrit par O’Brien pour Charlotte Gainsbourg et jamais enregistré par Villagers.

Après le temps des expérimentations et celui d’un classicisme dépouillé, sans doute est-ce le temps de la synthèse pour Villagers. Il semble en tout cas prêt à oser se mettre au plus près de son écriture, à donner une forme plus ample, plus sage peut-être mais qui donne une très grande envie de connaitre la suite. On ne l’a pas connu pour ses constants revirements de style et de production mais force est de constater que ces versions-ci semblent dans l’ensemble plus convaincantes. Evidemment, il peut compter sur une sélection de morceaux déjà bien charpentés et écrits. Si vous ne connaissez pas encore ce que fait ce songwriter de premier plan, pourquoi pas aborder sa discographie par ce biais.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)

  • Jarv Is... - Beyond The Pale

    This is not a live album… It’s an alive album.
    Cette déclaration sibylline donne une petite idée de la genèse un peu inhabituelle du projet. La formation groupée autour de Jarvis Cocker a en effet peaufiné et enregistré ces morceaux dans des festivals et autres petites salles avant de retravailler le matériau qu’on entend sur ce premier album. C’était en tout cas la suggestion de Geoff Barrow de Porstishead et Beak> (suivez @jetfury sur Twitter, fun acide garanti). Ce mode opératoire peut être vu (...)