Accueil > Musique > 2016 > Shearwater - Jet Plane and Oxbow

Shearwater - Jet Plane and Oxbow

jeudi 28 janvier 2016, par Marc


Un antonyme de ‘critique’ pourrait être ‘fan’ tant ces deux modes de pensée sont éloignés. Mais dans la réalité, les choses sont plus complexes. Et quand on se pique de donner son avis à tous les passants, il n’est pas rare qu’on baisse sa garde systématiquement devant ceux qui nous ont déjà tant donné. Près de douze ans après les avoir découverts, je peux dire que je suis plutôt fan de tout ce que fait Shearwater. La personnalité de son omnipotent leader n’était évidemment pas étrangère à cette fascination.

Pourtant, on ne peut pas dire que la bande (variable) de Jonathan Meiburg nous ait systématiquement servi la même chose et pris à chaque fois dans le sens du poil. Il semble désormais acquis qu’ils ont tourné le dos à ce qui a formé à posteriori une magnifique trilogie avec Palo Santo, Rook et The Golden Archipelago. Et on réalise aussi qu’on aurait aimé que ce soit une octalogie, une onzologie tant ces albums ont cristallisé ce besoin de lyrisme maîtrise, d’émotion à fleur de peau qui avait le bon goût de ne pas toujours exploser. La combustion lente de Rooks en fait simplement un des meilleurs morceaux qui soient, toutes époques et genres confondus.

Jonathan Meiburg partage sa vie entre ses deux passions, la musique et l’ornithologie. Il nous prépare un bouquin pour 2018 d’ailleurs, sur l’évolution de la vie sauvage en Amérique du Sud par le regard de certains Cara Cara (hum...). On le voit, des préoccupations bien éloignées de la musique et qui peuvent dérouter mais qui influencent aussi le contenu de sa musique. Les compositions ont le temps de ‘reposer’ pendant ses séjours à l’étranger et c’est sans doute ce qui donne le petit surcroît de cohérence. De plus, le relatif isolement est aussi une source de réflexion, ce qui le pousse à défendre cet album comme étant un genre de protest-songs. J’avoue que ce n’est pas très manifeste mais faisons-lui confiance. En ramenant d’étranges enregistrements sur le terrain, il se rapproche aussi d’artistes qu’il admire comme Brian Eno mais contrairement à ce dernier, il ne l’incorpore pas à sa musique et privilégie le hors-champ.

Depuis quelques années, on savait qu’il y avait chez Meiburg d’autres envies qui se sont matérialisées avec le virage plus rock d’Animal Joy (et leur passage sur le mythique label Subpop) et la relecture décalée de morceaux d’autres sur Fellow Travellers. Ce qui frappe d’emblée, c’est le son, un peu énorme. Quand on se souvient qu’à la base ce groupe est un side-project plus acoustique de membres d’Okkervil River, on ne peut que constater une course aux armements qui les amène à dépasser la formation de base. Et il faut un temps, beaucoup d’écoutes en fait pour surmonter l’appréhension de départ.

Parce qu’on doit faire assez vite le deuil des chansons plus sensibles qu’on appréciait aussi beaucoup. Certes, il reste de belles choses apaisées comme Backchannels mais on trouve aussi de nouvelles tentatives comme Filaments qui peinent à tout-à-fait convaincre. En effet, la basse entêtante nous rappelle de bonnes choses comme les pratiquent leurs concitoyens d’Austin, Spoon mais sans s’y sentir aussi à l’aise.

On avait en effet bien appréhendé leurs envies contradictoires de douceur et de violence qui s’incarnait dans des morceaux fort différents, qui pouvaient montrer une large palette, de la plus écorchée à la plus bruitiste (le magnifique Hail Mary) ou les voir se lancer dans de longs morceaux épiques (l’évocation de Snow Leopard me met la pilosité à la verticale. On sent ici une volonté de ne jamais desserrer l’étreinte, voire de tenter le passage en force (et le réussir sur A Long Time Away) qui déconcerte et fait déplorer l’absence de morceaux vraiment apaisés, toujours transcendés par la voix immense de Meiburg. Comme souvent, c’est elle le point central de l’attention, le signe distinctif qui n’a aucun équivalent, dont la flexibilité permet un panel d’émotions vraiment large et qu’on retrouve toujours avec autant de plaisir en concert. Dans le genre, la note soutenue de l’épique A Long Time Away est assez bluffante. Essayez de retourner à des télé-crochets après ça…

Leur grandeur plus lyrique a fait place à des morceaux bigger-than-life qui semblent partis à l’assaut des stades. Le galvanisant Pale Kings semble en effet le morceau qu’un Coldplay ne pourra jamais faire. Ils ne font pas des morceaux trop grands pour eux puisqu’ils arrivent à donner un souffle tel qu’on a encore plus de mal à tolérer qu’ils restent à ce point confidentiels. Ceci dit, il se pourrait que cet album change la donne, on jugera sur pièce.

Comme souvent, on cherche d’emblée les titres qui pourront nous accompagner et le titre Quiet Americans proposé en éclaireur nous avait déjà rassurés. Placé après un Prime qui lance les hostilités de belle manière, il facilite l’entrée dans l’album. La fréquentation assidue de cet album renforce d’ailleurs la connivence même si on se rend bien vite compte qu’on ne tient pas ici le successeur de Rook au firmament de nos préférences.

On se concentre donc sur ses qualités et elles ne manquent pas, le travail du batteur et producteur Brian Reitzell étant à ce point exemplaire, la symbiose avec Meiburg semblant fonctionner jusqu’à l’emploi d’instruments étranges (un Marxophone, quelqu’un ?). Ce n’est pas un album artificiellement gonflé et il faut aussi souligner que contrairement à beaucoup de formations visant les stades (Foals, Bloc Party, ce genre), cette volonté ne s’accompagne pas d’un affadissement des compositions.

Quatre étoiles pour un album sur lequel on a des réserves, est-ce bien raisonnable ? C’est peut-être le prix à payer pour réconcilier le critique et le fan qui se battent en moi. Cependant, cet album plus constant qu’Animal Joy est sans doute justement trop constant, trop univoque dans ses ambitions et sa réalisation. On espère cependant qu’il contribuera à établir pour le plus grand nombre le fait évident que Jonathan Meiburg est un artiste majeur.

http://shearwatermusic.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

8 Messages

  • Shearwater - Jet Plane and Oxbow 1er février 2016 12:04, par Sto

    Un peu d’évolution, un peu mieux que Animal Joy, un peu toujours la même chose quand même, des moments aériens, des trucs un peu moins utiles mais, au final, un disque que j’aime bien et assez gracieux.

    repondre message

    • Shearwater - Jet Plane and Oxbow 1er février 2016 17:36, par Mathusalem

      Très franchement je regrette un peu leur époque « Grands espaces épiques », quand on sortait de l’album décoiffés par le vent du Nord, l’iode des embruns plein les narines, où l’air pur des alpages, c’est selon… Cela dit, s’ils avaient perduré dans le Rock naturaliste, on les aurait taxés d’autosuffisance et d’immobilisme… Alors oui, bel album…. Parce que, dans le fond, le naturalisme, c’est aussi l’évolution non ?
      Bonjour chez vous...

      repondre message

  • Shearwater - Jet Plane and Oxbow 7 février 2016 08:46, par Laurent

    Superbe critique, Marc ! J’ai vraiment beaucoup aimé le texte. Ça tombe bien, l’album est franchement bon aussi ! Surprenant, et c’est précisément ce qui permet au groupe d’élargir son potentiel pour réaliser une œuvre (au sens le plus global) de plus en plus fascinante. Pour moi, un retour en grande forme et leur meilleur disque depuis l’indépassable "Rook".

    repondre message

  • Shearwater - Jet Plane and Oxbow 14 février 2016 11:26, par Guismo

    En prévision du concert, 4e écoute du l’album pour moi.

    Trop irrégulier pour être un vrai bon album malheureusement. L’entrée Prime suivie du Quiet Americans est une très belle entrée en matière. S’en suit une cavalcade inutile (A Long Time Away) où Jonathan crie sans pouvoir sauver la chanson. Même impression pour moi sur Filaments qui ne me transmet aucune émotion et se révèle plutôt fade. Et bam, entre les deux, une très belle Backchannels qui aurait pu attérir sur l’indépassable trilogie du groupe (Rook en tête, on est bien d’accord !).

    Pale Kings et Wildlife in America sont tous les deux emprunts d’une touche de nostalgie qui les rend quelque peu attachants sans pour autant atteindre des sommets.

    Et pour terminer, ce Radio Silence en mode on "on tape tous bien fort dans les mains" sur la fin qui risque d’être indigeste en live (verdict ce soir ?) et puis un Stray Light at Clouds Hill tout en douceur qui clos d’assez belle manière le disque sur une note minimale.

    A ce soir !

    Eric

    repondre message

    • Shearwater - Jet Plane and Oxbow 14 février 2016 11:32, par Guismo

      Merde, oublié ma conclusion :

      Une déception donc mais j’y reviendrai plus tard, après le concert....peut-être que j’aurai un effet à retardement comme je l’ai eu partiellement sur Animal Joy.....

      repondre message

      • Shearwater - Jet Plane and Oxbow 15 février 2016 14:58, par Marc

        Ho, je viens seulement de voir tes commentaires. On dirait qu’on est sur la même longueur d’ondes, comme beaucoup de gens qui les suivent depuis longtemps.

        Ils changent, il va falloir faire avec...

        repondre message

        • Shearwater - Jet Plane and Oxbow 15 février 2016 22:09, par Guismo

          En effet. Et même si tout n’est pas à jeter après ce revirement, ce sera sans moi pour la suite....
          La version de Rook sous amphet’ m’a achevée.

          Allez on pleure un coup :
          Je peux pas poster de lien de ce sera ==> Code WF346QfOwzE dans youtube pour Hidden Lakes à la rotonde....petit souvenir ému.

          repondre message

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)