Accueil > Musique > 2016 > Coffee or Not - Everythig Is Falling Down

Coffee or Not - Everythig Is Falling Down

mercredi 3 février 2016, par Marc


C’est sous forme de remerciement qu’on m’a envoyé l’album de Coffee or Not. Et il ne faut pas détourner le regard (ou l’ouïe) quand une bonne surprise arrive dans la boite aux lettres. Ce groupe bruxellois ne m’étant connu que de nom, il était temps de passer à la vitesse supérieure. Ce trio qui évolue aussi en duo pour certains concerts propose des ingrédients qu’on va tout de suite appréhender.

On entendra donc une voix féminine, une section rythmique et des guitares portées sur les arpèges électriques. Les claviers sont simples et plutôt mélodiques que des nappes. Ça joue sur la répétition évidemment, mais ils ont le bon goût d’épaissir le propos et ce dès le premier morceau. De plus, cet album évolue vers plus de densité et de mélancolie, ce qui est une bonne idée pour garder l’auditeur captif et le pousser à revenir.

Les entrelacs de guitares sont bien réussis en tous cas et Everything’s Falling Down assure un bel équilibre entre entrelacs de guitare et de bien jolies harmonies vocales qu’on retrouve avec plaisir sur Nottingham.

Pour les références, pensez à Blonde Redhead ou Au Revoir Simone. Si cette langueur encadrée d’une rythmique aux aguets vous tente, n’hésitez pas à approfondir le lien ci-dessous. Are You Afraid dégage en tous cas le charme mélancolique, sans doute un peu plus mécanique que chez les premiers, surtout qu’ils laissent une grande place à des instrumentaux.

Les sons un peu identiques permettent des transitions fluides entre les morceaux qui peuvent servir de rampe de lancement. Et ils maitrisent aussi la relative lenteur avec The Day She Locked Herself Up, où un fond de post-rock très simple sert à appuyer une mélodie bien tournée. A l’opposé, May I Lay Down est un joli morceau pop plus enlevé et sur le dyptique Lightweight, ils ne sont pas loin de la fièvre krautrock avec une fièvre qui assoit de la meilleure des façons la fin d’album qui remontera une dernière fois avec What Took You So Long ?

Cet album cohérent qui pousse souvent à la réécoute emprunte des éléments assez simple pour les imbriquer de belle manière. Et on a aussi l’étrange et rare impression que ces morceaux-là en ont encore sous la pédale. En l’état cependant, pour peu que les références mentionnées vous plaisent, il y a une bien belle découverte à faire.

http://www.coffeeornot.be/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)