Accueil > Musique > 2005 > Cali : Menteur

Cali : Menteur

dimanche 13 août 2006, par Marc


On se demande comment on a pu faire avant, tant il n’y a pas vraiment d’équivalent. En effet, Cali réussit la gageure de rassembler le grand public sans écorner son image auprès des personnes plus pointues l’ayant découvert. Sans doute grâce à cette sincérité viscérale qui transpire sous chaque mot et chaque note.

En presque deux ans, il s’est d’ailleurs fait pas mal de copains. Citons M et Daniel Darc qui collaborent ici ou encore Miossec à qui il rend hommage dans un titre et qui l’accompagne occasionnellement sur scène. Comme sur le premier album (L’Amour parfait), la plupart des chansons se divisent en deux thèmes : Quitter ou être quitté, voilà la principale question que semble se poser Cali. Et comme il y répond toujours fort bien, on ne va pas s’en plaindre. Car les amours de Cali sont toujours extrêmes, violentes, cyclothymiques. On l’imagine très bien : "C’est pas tout ça, je te largue, j’ai une chanson à faire". Mais d’autres éclairages sont également approchés : La jalousie (Pauvre Garçon avec Daniel Darc), les amoures plus, disons, "matures" avec le rigolo, touchant mais longuet Roberta ou encore les pères face à la garde de leur enfant (Le Vrai Père).

Comme souvent dans ces cas-là, les chansons plus optimistes sont moins convaincantes (Pour Jane ne m’agite pas malgré quelques jolies phrases). Mais peut-être que ce sont juste mes goûts.

Cet album vaut mieux que de la variété, même si les violons adoucissent largement le propos. Qu’est-ce que ça aurait donné avec une seule guitare acoustique ? On ne le saura pas, ce n’est pas dans les goûts du bonhomme.
Si l’album est plus inégal que le premier, il recèle au moins deux perles nettement au-dessus de ce qu’on fait habituellement dans notre langue. En effet, Je ne vivrai pas sans toi et Je te souhaite à mon pire ennemi combinent une intensité du son (guitares relevées de trompette dans le premier exemple), une rage et des mélodies vraiment emballantes. Des écoutes très nombreuses ne m’ont pas lassé et j’en redemande encore. Citons aussi l’accumulation de Je sais sont la répétition n’est pas sans rappeler certains Miossec (nous y revoilà). Et puis le ragtime de Tes yeux qui évoque avec une tendresse particulière la façon paradoxale qu’on a d’appréhender la femme de sa vie.

Qui se soucie de moi ? demande-t-il dans son premier single. Eh bien, beaucoup de monde, mon vieux Cali... (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Benjamin Biolay - Saint-Clair

    Rester au sommet est, paraît-il, plus compliqué que de s’y hisser. Ne sachant rien du succès, on va croire le poncif sur parole. S’il en est un qui peut se targuer d’être au faîte de la chanson française c’est bien Benjamin Biolay. Et pour y rester, on va dire qu’il a décidé de jouer sur ses qualités.
    Comme sur l’excellent Grand-Prix, le début de cet album est percutant. Les Joues Roses et Rends L’Amour ! sont deux morceaux immédiats et plutôt irrésistibles, têtes de gondoles évidentes de ce Saint-Clair. (...)

  • Pomme – Consolation

    On sait qu’il peut être hasardeux de tenter de tirer trop d’informations d’une pochette mais le troisième album de Pomme tranche, avec une pose proche d’une installation qu’on devine plus proche d’une Roisin Murphy que de ses coreligionnaires de la chanson française. Il faut dire qu’après un premier album passé inaperçu et un peu renié, Les Failles l’ont placé dans le peloton de tête. Et puis il y a eu les victoires de la musique, un duo convaincant avec Aurora et ses duos avec Safia Nolin (sa femme depuis) (...)

  • Centredumonde – Il Danse Tout Seul Au Bord De La Piscine, Il Est (...)

    Au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau !
    Telle était l’injonction de Charles Baudelaire à la fin de son Voyage. Mais si Centredumonde nous invite à plonger dans son inconnu à lui, il faut son ticket d’entrée, avoir apprécié les succulents EP récents et avoir commencé la descente dans la discographie par les premiers paliers dedémos. Alors oui, vous pouvez y aller, ça y est on y va. Parce qu’on s’enfance dans le plus obscur, le plus brut. Et c’est assez fascinant il faut le dire. A priori, pas de la (...)

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)