Accueil > Critiques > 2005

Cali : Menteur

dimanche 13 août 2006, par marc


On se demande comment on a pu faire avant, tant il n’y a pas vraiment d’équivalent. En effet, Cali réussit la gageure de rassembler le grand public sans écorner son image auprès des personnes plus pointues l’ayant découvert. Sans doute grâce à cette sincérité viscérale qui transpire sous chaque mot et chaque note.

En presque deux ans, il s’est d’ailleurs fait pas mal de copains. Citons M et Daniel Darc qui collaborent ici ou encore Miossec à qui il rend hommage dans un titre et qui l’accompagne occasionnellement sur scène. Comme sur le premier album (L’Amour parfait), la plupart des chansons se divisent en deux thèmes : Quitter ou être quitté, voilà la principale question que semble se poser Cali. Et comme il y répond toujours fort bien, on ne va pas s’en plaindre. Car les amours de Cali sont toujours extrêmes, violentes, cyclothymiques. On l’imagine très bien : "C’est pas tout ça, je te largue, j’ai une chanson à faire". Mais d’autres éclairages sont également approchés : La jalousie (Pauvre Garçon avec Daniel Darc), les amoures plus, disons, "matures" avec le rigolo, touchant mais longuet Roberta ou encore les pères face à la garde de leur enfant (Le Vrai Père).

Comme souvent dans ces cas-là, les chansons plus optimistes sont moins convaincantes (Pour Jane ne m’agite pas malgré quelques jolies phrases). Mais peut-être que ce sont juste mes goûts.

Cet album vaut mieux que de la variété, même si les violons adoucissent largement le propos. Qu’est-ce que ça aurait donné avec une seule guitare acoustique ? On ne le saura pas, ce n’est pas dans les goûts du bonhomme.
Si l’album est plus inégal que le premier, il recèle au moins deux perles nettement au-dessus de ce qu’on fait habituellement dans notre langue. En effet, Je ne vivrai pas sans toi et Je te souhaite à mon pire ennemi combinent une intensité du son (guitares relevées de trompette dans le premier exemple), une rage et des mélodies vraiment emballantes. Des écoutes très nombreuses ne m’ont pas lassé et j’en redemande encore. Citons aussi l’accumulation de Je sais sont la répétition n’est pas sans rappeler certains Miossec (nous y revoilà). Et puis le ragtime de Tes yeux qui évoque avec une tendresse particulière la façon paradoxale qu’on a d’appréhender la femme de sa vie.

Qui se soucie de moi ? demande-t-il dans son premier single. Eh bien, beaucoup de monde, mon vieux Cali... (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • My Name Is Nobody - Merci Cheval

    La veille musicale est un engagement à temps plein. Une fois qu’on a aimé un.e artiste, il semble logique de suivre sa carrière. Pourtant il y a trop souvent des discontinuités. Mais il y a aussi des possibilités de se rattraper. La présence de Vincent Dupas au sein de Binidu dont l’intrigant album nous avait enchantés en était une. On apprend donc qu’il y avait eu un album en mars et l’occasion était (...)

  • Sylvain Fesson - Origami

    La recherche de l’inouï est un des nombreux carburants de cet étrange hobby de critique musicale. Cette épithète n’est d’ailleurs pas à prendre dans l’acception de sensationnel mais de jamais entendu. Ou du moins pas comme ça. Et c’est précisément ce qu’offre cet album de Sylvain Fesson. Et c’est pourquoi on fait une exception nécessaire à l’habitude de ne critiquer que l’actualité. Parce qu’il serait (...)

  • Asia – Le Temps d’Aller Mieux (EP)

    A l’époque d’un premier album aux teintes folk en anglais qui nous avait beaucoup plu, quelques morceaux sortis discrètement (ou pas officiellement) avaient ouvert la voie vers la langue maternelle de la jeune Bruxelloise. On en avait brièvement parléd’ailleurs, manifestant une curiosité certaine. Le résultat est maintenant là, et on peut déjà dire qu’il plait aussi.
    Comme souvent, le changement de (...)

  • Trotski Nautique - Le Meilleur de A-Bas

    En musique, il est courant que les mots changent de sens. ’Pop’ ne signifie plus la même chose aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pareil pour ’alternatif’ qui a fameusement dévissé depuis les années ’80. Dans la démarche, ce qu’on entend chez Trotski Nautique (formidable nom...) est à placer dans cette filiation, même si les guitares maladroites ne sont pas de sortie.
    Sur le papier, c’est proposé (peu (...)