Accueil > Musique > 2016 > Sivert Høyem - Lioness

Sivert Høyem - Lioness

vendredi 19 février 2016, par Marc


Une vidéo trouvée sur un coin à champignons (elle est en-dessous), il n’en a pas fallu plus pour faire la connaissance de Sivert Høyem. Enfin, refaire sa connaissance puisqu’il s’agit du chanteur de Madrugada, formation norvégienne intéressante ayant stoppé ses activités en 2007 suite au décès d’un des membres. D’ailleurs, c’est sans doute à la frange un rien nostalgique de mon estimé et sans doute peu nombreux lectorat que s’adresse ce conseil.

Il faut dire que si cet album ne semble pas daté, il ressuscite surtout une façon d’appréhender la musique avec force violons et ampleur qui ramène un peu en arrière, quand on pouvait s’enflammer sur Madrugada donc mais aussi The Walkabouts, Jack ou The Dears. C’est évidemment chargé, sans tabou mais c’est une des règles du genre, qui peut s’accommoder d’un peu de lourdeur (Oh, Spider !) de slow des années ’90 avec echo sur la voix et tout et tout. Mais permet aussi d’utiliser un gimmick de piano vraiment irrésistible (The Lioness) ou de prendre son temps avant de définitivement lancer The Boss Bossa Nova.

La principale attraction est évidemment la voix de Sivert. Elle excelle dans les graves sur Sleepwalking Man et sur le très beau duo My Thieving Heart avec Marie Munroe. La conjonction des deux voix nous rappelle d’ailleurs les belles heures des tellement sous-estimés The Walkabouts. On peut aussi penser à Richard Hawley plus récemment. Donc il ne lui faut pas grand’chose pour emballer les tout simples It Belongs To Me ou The Riviera of Hades. Le sens mélodique direct nous fait dans ce cas penser à notre compatrioteLaurent Leemans.

On n’aura jamais que le bien qu’on voudra se donner ou qu’on voudra bien vous céder. Cette petite douceur un peu chargée pourra se révéler roborative si utilisée à bon escient. Une belle voix, ça marche toujours et on peut toujours être surpris de passer plus de temps que prévu en compagnie d’un album. Et en tirer un plaisir supérieur à celui qu’on escomptait. Dans ce cas, on fait passer le mot. A vous de jouer donc.

http://www.siverthoyem.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Sivert Høyem - Lioness 24 février 2016 16:09, par Christophe

    Ressusciter Madrugada, retrouver la voix de ce groupe, top génial.
    Je savais que le leader de Madrugada était dcd, mais je pensais que c’était le chanteur.
    Merci bcp pour cette trouvaille.
    Christophe

    repondre message

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)