Accueil > Musique > 2016 > Cross Record - Wasi-Sabi

Cross Record - Wasi-Sabi

jeudi 25 février 2016, par Marc


Comme nous sommes des gens consciencieux, nous faisons nos devoirs avant de nous rendre en concert. Pour bien profiter de la première partie de Shearwater, il fallait donc se pencher sur l’album récemment sorti de Cross Record. Et une fois le concert passé, l’envie était grande de prolonger le plaisir de l’album.

Nés à Chicago et maintenant domiciliés au milieu de nulle part au Texas, le couple Emily Cross et Dans Duszynsi vient en effet avec Wasi-Sabi (visiblement un terme japonais pour l’acceptation de l’imperfection) de livrer un album à la fois intime et sombre qui sera gratifiant pour tout qui voudra le découvrir. Car il faut convenir aussi que l’abord est un peu âpre. Les deux premiers morceaux font la part belle à la voix éthérée d’Emily (pensez à Hope Sandoval en sympathique) avec peu de structure autour pour fixer l’oreille, juste quelques poussées de cuivres et cordes probablement synthétiques

Mais cette raideur disparait vite, dès Steady Waves, pour entrer dans une zone plus gratifiante avec un arpège lancinant et finalement un morceau moins nu qu’on pourrait le craindre. Oui, les anciens Wye Oak pourraient servir de référence, avec un chant plus éthéré. L’album est lancé et peut dérouler avec en point d’orgue le très hanté Something Unseen Touches a Flower To My Forehead. Ceux qui ont apprécié Chelsea Wolfe ou Ana Von Hausswolff l’an passé vont sans doute bien aimé ceci. Si vous avez connu les Raider, il n’est pas interdit de penser aux Cranes.

Assurer la première partie de Shearwater n’est pas le seul lien entre cette formation et celle de Jonathan Meiburg puisqu’on retrouve sur High Rise le renfort de Thor Harris, ancien membre et maintenant derrière les futs des immenses Swans. Il apporte avec bonheur sa frappe lourde sur un morceau dont le riff n’est pas si éloigné des Pixies pour en faire une bien belle chose à la fois délicate et puissante. Sur l’inquiétant Wasp In a Jar, il ressuscitent rien moins que la sécheresse des premiers PJ Harvey.

D’une manière générale, une profusion de références (on ajouterait Jenny Hval) dénote une difficulté à bien définir un style. Lequel peut s’apprécier sans nécessairement être nommé. C’est ce qui se passe ici parce que cet album d’un abord un peu rêche prend vite son envol et rejoint la pile des artistes singuliers qui n’ont pas peur de se faire sombre pour séduire. Non, je ne conseillerais pas ce groupe à tout le monde. Mais pour ceux qu’un peu de raideur ne rebute pas, curieux d’écouter une musique sans artifice, c’est une rencontre à faire.

https://crossrecord.bandcamp.com/album/wabi-sabi

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Cross Record - Wasi-Sabi 29 février 2016 18:19, par Mathusalem

    Et bien moi, je suis tombé sous le charme de l’étrangeté des atmosphères développées, de tout cet éventail sonore déployé juste par deux personnes, de ce voyage dans un autre univers…
    C’est attachant, intriguant, parfois un peu sombre certes, c’est surtout faussement minimaliste si l’on tient compte au final du nombre de kilomètres parcourus à arpenter leurs sentiers imaginaires… On dirait un disque scandinave, c’est dire à quel point on aime, ici... Cela fait quinze jour que le vinyle tourne régulièrement sur la platine… Un signe qui ne trompe pas.

    repondre message

    • Cross Record - Wasi-Sabi 21 mars 2016 13:32, par Guismo

      Ah, je dois pas m’en vouloir de t’avoir fait acheter le vinyl alors !

      Pas encore écouté moi, honte ! Il trone encore - intouché - sur ma cheminée....

      Guismo

      repondre message

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)