Accueil > Critiques > 2016

Essaie Pas - Demain est une Autre Nuit

vendredi 11 mars 2016, par marc


Notre époque s’est tellement habituée à la cohabitation de styles musicaux que personne ne se risque plus à parler de ‘revival’. On est tous bien d’accord que l’important, c’est de livrer des albums forts, pas tenter de ressusciter une illusoire période faste. La première écoute de l’album du couple de Montréal (Marie Davidson and Pierre Guerineau) rappelle plein de choses, certes, mais on se rend aussi très vite compte que dans le genre, rien ne peut vraiment s’en approcher.

Après une introduction très atmosphérique fournie en violons synthétique et dénuée de la pulsation qui porte le reste, on entre de plain-pied dans un monde à la fois synthétique et très humain. Synthétique parce que cette new-wave robotique et vraiment bien fichue tient le tout. Dépassée Par Le Fantasme peut faire penser à ce que Water Lily avait pu faire d’un sample de Plastic Bertrand. Une chose bien posée, languide et qui ne déparerait pas la discothèque de James Holden.

Mais le tout reste humain parce qu’on y entend leurs voix. L’emploi de la langue française peut sembler une idée étrange mais c’est aussi un des motifs d’attachement. Ce sont des Québécois et leur rapport à la langue est à ce titre plus libéré. Cependant, ils revendiquent une filiation avec Eli et Jacno qu’ils ont déjà repris. Comme le veut le genre, tout est déclamé avec un sérieux de pape mais ce n’est qu’une façade. Le port Du Masque Est De Rigueur est une litanie dystopique avec une boîte à rythme en liberté qui voit le chanteur projeter sur un rude environnement urbain le chaos d’une rupture amoureuse. Ce qui nous vaut quelques fulgurances d’humour grinçant (J’ai tenté de t’oublier/Comme on noie une portée de chatons).

Et il faut du sérieux et de la maîtrise pour éviter les pièges de la gaudriole de Vive La Fête ou de la poésie factice et superficielle à la Visage. Ce n’est donc pas de la chanson française passée à la moulinette électronique, c’est une musique électronique délaissant fort opportunément les sons vintage trop convenus (Chvrches, quelqu’un ?), bien balancée qui s’exprime en français, se permettant des écarts plus rêveurs (magnifique La Chute) et des plages purement instrumentales et exaltantes (le véloce Facing The Music). La nuance est de taille et leur permettra sans doute de passer allègrement les frontières. D’ailleurs, cet album sort chez les New-Yorkais de DFA (label fondé par James Murphy).

Car on l’a dit, la nostalgie n’a que peu de place ici. Tout au moins d’un point de vue musical. Il s’agit moins de faire renaître le fantôme italo-disco ou electroclash (que de livrer des morceaux puissants pour ici et maintenant. On ne doit donc pas réinventer la roue pour être une des bonne surprises de ce début d’année, assez référencée mais effectuée sans aucune forme de compromis.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Boeckner – Boeckner !

    Les carrières de Spencer Krug et Dan Boeckner n’en finissent plus de se croiser. Ainsi, après Wolf Parade (leur groupe commun), Handsome Furs, Divine Fits et Operators, le voici qui utilise également son nom pour la suite de sa carrière (solo). On a beau retrouver un univers musical très familier, ceci n’est pas exactement identique à ce qu’on lui connait déjà.
    Il faut dire aussi que si Moonface (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)

  • Metric – Fromentera II

    En général, la productivité d’un.e artiste croit rarement avec les années. Mais il y a des exceptions. Alors que leur rythme était plutôt d’un album tous les trois ans, Metric livre déjà un successeur au Fromentera sorti l’an passé. Il se présente d’ailleurs comme le second volet d’un dyptique. La premier nous avait d’ailleurs laissé une impression très favorable, avec en exergue un dantesque Doomscroller (...)