Accueil > Musique > 2016 > Essaie Pas - Demain est une Autre Nuit

Essaie Pas - Demain est une Autre Nuit

vendredi 11 mars 2016, par Marc


Notre époque s’est tellement habituée à la cohabitation de styles musicaux que personne ne se risque plus à parler de ‘revival’. On est tous bien d’accord que l’important, c’est de livrer des albums forts, pas tenter de ressusciter une illusoire période faste. La première écoute de l’album du couple de Montréal (Marie Davidson and Pierre Guerineau) rappelle plein de choses, certes, mais on se rend aussi très vite compte que dans le genre, rien ne peut vraiment s’en approcher.

Après une introduction très atmosphérique fournie en violons synthétique et dénuée de la pulsation qui porte le reste, on entre de plain-pied dans un monde à la fois synthétique et très humain. Synthétique parce que cette new-wave robotique et vraiment bien fichue tient le tout. Dépassée Par Le Fantasme peut faire penser à ce que Water Lily avait pu faire d’un sample de Plastic Bertrand. Une chose bien posée, languide et qui ne déparerait pas la discothèque de James Holden.

Mais le tout reste humain parce qu’on y entend leurs voix. L’emploi de la langue française peut sembler une idée étrange mais c’est aussi un des motifs d’attachement. Ce sont des Québécois et leur rapport à la langue est à ce titre plus libéré. Cependant, ils revendiquent une filiation avec Eli et Jacno qu’ils ont déjà repris. Comme le veut le genre, tout est déclamé avec un sérieux de pape mais ce n’est qu’une façade. Le port Du Masque Est De Rigueur est une litanie dystopique avec une boîte à rythme en liberté qui voit le chanteur projeter sur un rude environnement urbain le chaos d’une rupture amoureuse. Ce qui nous vaut quelques fulgurances d’humour grinçant (J’ai tenté de t’oublier/Comme on noie une portée de chatons).

Et il faut du sérieux et de la maîtrise pour éviter les pièges de la gaudriole de Vive La Fête ou de la poésie factice et superficielle à la Visage. Ce n’est donc pas de la chanson française passée à la moulinette électronique, c’est une musique électronique délaissant fort opportunément les sons vintage trop convenus (Chvrches, quelqu’un ?), bien balancée qui s’exprime en français, se permettant des écarts plus rêveurs (magnifique La Chute) et des plages purement instrumentales et exaltantes (le véloce Facing The Music). La nuance est de taille et leur permettra sans doute de passer allègrement les frontières. D’ailleurs, cet album sort chez les New-Yorkais de DFA (label fondé par James Murphy).

Car on l’a dit, la nostalgie n’a que peu de place ici. Tout au moins d’un point de vue musical. Il s’agit moins de faire renaître le fantôme italo-disco ou electroclash (que de livrer des morceaux puissants pour ici et maintenant. On ne doit donc pas réinventer la roue pour être une des bonne surprises de ce début d’année, assez référencée mais effectuée sans aucune forme de compromis.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)