Accueil > Musique > 2016 > Mogwai - Atomic

Mogwai - Atomic

lundi 11 avril 2016, par Marc


On se doutait bien que la copieuse compilation Central Belters n’était pas une conclusion à la carrière des maintenant vétérans du post-rock Mogwai. Cette toujours recommandable anthologie montrait en effet une telle évolution qu’il était impensable qu’elle soit arrivée à terme.

A la base, Atomic est le score d’un reportage de BBC 4 intitulé Storyville - Atomic : Living in Dread and Promise consacré à la création et l’évolution de l’arme atomique, retravaillé pour prendre plus facilement la forme d’un album. Difficile de se faire une idée définitive sans avoir vu le reportage en question mais ce n’est pas exactement un problème. Il semblerait que ce reportage soit moins un traditionnel narratif qu’une évocation, ce qui colle assez bien aux capacités de la formation écossaise qui a su capitaliser sur son potentiel d’évocation pour servir de support à de nombreux projets audio-visuels.

On a eu l’occasion de le rappeler au cours des nombreuses critiques qui leur sont consacrées, ils ont nettement arrondi leur son et étrangement, ça ne les a pas du tout affadis. Depuis longtemps, ils ont largement étendu leur registre. Ce n’est plus du tout un simple ‘groupe à guitares’ sans devenir pour autant un ‘groupe à synthés’. Le style post-rock s’est construit autour de textures, et de la tension. Cette matière première est en effet bien plus riche qu’on ne le soupçonnait et si beaucoup prennent du plaisir à reparcourir encore et encore les mêmes sentiers, ils ont accumulé au cours des années assez d’expérience et de compétence pour rester de grands mélodistes en sortant de leur carcan.

Ether prend déjà de l’envol, de façon plus placide, avec un nuage de guitare qui n’est plus qu’une composante comme une autre de l’imposant mur du son qui s’appuie aussi sur des cuivres (visiblement synthétiques). Little boy est un morceau typique de leur nouvelle façon faussement policée. On sent que c’est une musique d’accompagnement parce que certains morceaux semblent moins incisifs, nécessitant sans doute le support visuel pour donner toute leur mesure. Par contre, leur ironie est toujours marquée par leurs titres (Bitterness Centrifuge qui convoque des violons synthétiques)

Ils maitrisent aussi fort bien la lenteur avec Fat Man (nom de la bombe de Nagasaki) et ce n’est plus depuis longtemps un prétexte pour pouvoir sauter à pieds joints sur les pédales de distorsion. Au contraire, ils arrivent à densifier ce morceau couche après couche, l’élevant petit à petit avant un terrifiant silence final.

Les Mogwai récents dégagent toujours la même impression de compétence, mais aussi un relatif manque d’adrénaline. C’est une volonté de leur part, et sans doute inhérente à ce projet. Il a fallu plusieurs albums pour le constater et l’admettre, mais Mogwai a un peu délaissé sa fougue pour devenir un des groupes les plus pertinents de son époque, en étoffant le son plutôt qu’en refaisant en moins bien ce qui a fait son succès il y a une dizaine d’années. Muter pour ne pas disparaître, c’est l’illustration darwinienne d’un dinosaure qui a survécu au météorite. Ou à l’apocalypse nucléaire évoquée ici.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Goodbye, Kings - The Cliché of Falling Leaves

    Avec un line-up pléthorique, et un album articulé en plusieurs parties et un support visuel dansé, le groupe milanais Goodbye, Kings est visiblement ambitieux. Mais si le résultat est forcément ample, il sait garder une taille humaine et accessible.
    Comme on s’y attend aussi au vu du thème (en gros, l’enchainement des saisons, les morceaux présentent des personnalités différentes, même si le rapport aux saisons ne saute pas aux oreilles immédiatement. Après une longue introduction de rigueur, la (...)

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)

  • Vimala Pons - Eusapia Klane

    Il est toujours étrange de se frotter à une musique qui se présente comme une simple composante d’un projet. Dans le cas qui nous occupe, ceci est un livre audio qui se veut le prequel d’un spectacle actuellement en tournée. Si le recul et la connaissance de la pièce nous manque, l’objet peut s’appréhender seul, rassurez-vous. Parce que l’histoire est indépendante notamment.
    Non, ce n’est pas qu’une déclamation illustrée (on ne vous en aurait sans doute pas parlé...) mais un vrai album court qui distille (...)

  • Abraham Fogg - Blåkulla

    On termine souvent la critique d’un EP en souhaitant en entendre plus. Vu que les deux morceaux qu’on connaissait d’Abraham Fogg étaient vraiment enthousiasmants, il va de soi qu’on s’est jeté sur ce premier album avec convoitise. On retrouve ces deux morceaux ici, gage de continuité et de revenez-y.
    Il est à noter que dans les éléments fournis avec l’album ce sont surtout les prix pour les courts-métrages qui sont mis en avant. Il est souvent plus compliqué d’appréhender les projets dont la musique (...)

  • Akira Kosemura - True Mothers (Original Motion Picture Soundtrack)

    C’est récemment qu’on a entendu parler du compositeur japonais Akira Kosemura, pour la musique d’une série inédite chez nous qui nous avait bien plu. Comme souvent dans cet exercice, on va se borner à parler de cette musique hors de son contexte cinématographique, comme une oeuvre indépendante qu’elle n’est pas.
    On le retrouve donc très vite pour la musique d’un film dont on n’a pas entendu parler mais qui est labellisé ‘Cannes 2020’, étrange marque d’un festival qui n’a pas eu lieu. La réalisatrice (...)

  • I Like Trains - A Divorce Before Marriage

    Les reportages sur les groupes de rock font souvent état de leur gloire, de longues tournées, des fans. Il semble que ce ne soit pas le cas pour A Divorce Before Marriage (que je n’ai pas vu) puisqu’il semble s’attarder sur la vie quotidienne de ceux qui ne sont pas des stars. Ça partait pourtant bien, avec une petite notoriété vers 2006. Et puis vlan, l’industrie musicale fait le plongeon et ce sont ces formations de taille modeste qui en font le plus les frais.
    Ils se redresseront pourtant, (...)