Accueil > Critiques > 2016

Dan San - Shelter

mardi 19 avril 2016, par marc


Confirmer des espoirs est une chose bien compliquée. Alors, quand on a déjà livré un premier EP et un album solides, il faut déjà se remettre en question. Après quelques projets latéraux (Thomas Médard chez The Feather, Maxime Lhussier avec Pale Grey, Jérôme Magnée avec Gaëtan Streel), le retour des Liégeois a donc décidé d’opérer une évolution sensible.

On attendait un retour plus pop de leur part puisque les singles livrés en éclaireurs comme America ne laissaient planer aucun doute. Cependant, dans le contexte de l’album, ce morceau semble bien plus pop et léger que le reste, avec ses arpèges aériens et ses cloches. Dream pourrait quant à lui se retrouver sur les Piqûres d’Araignée de Vincent Delerm. Enfin, musicalement parce qu’un de leurs points forts reste les harmonies vocales. Ce morceaux carte de visite sont donc ceux qui sont le plus en contrepoint à leur ancienne façon plus dense.

Comme ce Shelter est plus léger, il prend plus de temps à distiller ses qualités, séduisant au final par sa délicatesse et sa maturité. Certes, il faut s’habituer à cette nouvelle douceur parce que ce qu’on aimait aussi chez eux, c’est la force tranquille qui les tenait pas si éloignés de formations comme Midlake. Tant qu’on en est dans les comparaisons, le plaisir d’écoute est plus proche de celui d’une formation comme Musée Mecanique. A savoir une belle ampleur qui ne se dévoile qu’après plusieurs écoutes pour ne plus lâcher ensuite.

Ce relatif revirement est en tous cas une volonté dès le départ, pas une conséquence ou un dommage collatéral. Sans doute faut-il y voir la marque du producteur Yann Arnaud (Air, Phoenix, Syd Matters...) qui a accompagné cette gestation. Avec une envie de tracer sa propre route, d’employer des synthés analogiques et de donner plus de lisibilité aux morceaux en détachant plus clairement les portions chantées à une seule voix des chœurs. Cet aspect est très réussi, surtout qu’ils peuvent compter sur plusieurs vocalistes de talent. Ocean propose quelques soubresauts que viennent tout de suite tempérer des chœurs culottés.

Les voix restent donc un point fort, ce qui est un avantage certain par rapport à, disons, Girls In Hawaï pour rester en Belgique. Nautilus I un peu enlevé mais toujours délicat. Nautilus II montre qu’ils n’ont pas besoin de chant pour décoller, directement et à la verticale, vers des nuages tout contents de les accueillir. C’est un morceau indispensable pour prouver leur maitrise. Si on appose les deux morceaux, on obtient la pièce de résistance de cet album, combinant leur nouvelle légèreté et leur densité habituelle. Seahorse garde ce côté aérien qu’on avait retrouvé avec plaisir sur l’album solo de Thomas Médard en tant que The Feather et Up repart presque avec cuivres et c’est vraiment enthousiasmant, montrant qu’ils n’ont pas tourné le dos à ce qu’ils ont si bien fait.

Plus pop, plus léger mais pas moins ample, Dan San trace de plus en plus son chemin en direction des symphonies de poche. A l’aveugle, on pourrait sans doute plus facilement situer la formation comme provenant de Portland, Oregon que de la Cité Ardente. C’est un compliment pour la formation Jaune Orange qu’on fait là parce que la maîtrise est totale et devrait élargir encore leur notoriété.

http://www.dansan.be/
http://www.deezer.com/album/12276252

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Isbells - Basegemiti

    Isbells avait toujours été associé avec une formation comme Marble Sounds. Les deux groupes ont partagé certains membres et étaient sociétaires du même et attachant label Zeal Records et pratiquaient des genres musicaux similaires. Si Marble Sounds a continué sur la même voie jusqu’au dernier album en date, Isbells semble prendre la tangente. Ils ont donc changé de label, de management et même de (...)

  • La Jungle – Blurry Landscapes

    S’il en est qui ne semblent jamais s’arrêter, ce sont bien les deux turbulents Rémy Venant et Mathieu Flasse. On se remet à peine d’Ephemeral Feast que voici déjà son successeur. Il faut dire que ces deux album ont été tous deux composés pendant les confinements. Un simple album de plus alors ?
    Pas vraiment parce qu’il y a ici une composante visuelle. Ils ont eu en effet l’idée de proposer à dix (...)

  • The Ultimate Dreamers - Echoing Reverie

    Le vintage années ’80 est un style qui se pratique depuis des dizaines d’années. S’il peut évidemment être pratiqué par des novices, on ne se lasse pas non plus de ceux qui ont vécu les évènements en direct. Outre les légendes Wire, il y en a d’autres qui ressurgissent du passé. Actif au milieu des années ’80, le quatuor belge est revenu aux affaires à la faveur du confinement qui les avait vus dépoussiérer (...)

  • AstraSonic - Society

    Les influences, on peut les aborder frontalement ou par la bande. Dans le cas du second album du groupe belge, si les marqueurs post-punk ou cold sont bien là, ils sont déjà très processés. On vous a déjà parlé de groupes comme Ultra Sunn (et on vous reparlera de The Ultimate Dreamers) plus frontalement cold wave ou gothique, on est plutôt ici dans un pop-rock mélancolique qui lorgne du côté d’un (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Sufjan Stevens – Javelin

    Chez Sufjan Stevens, il y a les choses qu’on admire et celles qu’on adore et ce ne sont pas nécessairement les mêmes. Et si chez les fans de la première heure le meilleur était au début, c’est sans doute son fantastique Carrie and Lowell qui a été le plus acclamé et est considéré comme la ‘base’ de son style. Parce que Sufjan, c’est bien plus large que ça, entre albums hénaurmes et risqués, ambient pas (...)

  • Taughtme - Laugh On Me

    L’album enregistré en Islande semble être un passage obligé pour bien des musiciens. A l’instar de compatriotes comme John Grant ou Low Roar (le regretté Ryan Karazija), Blake Aaron Henderson a suivi les conseils de son ami harpiste Úlfur Hansson et est allé enregistrer son cinquième album sur la fameuse île.
    Et comme presque tout ce qui émane de ces terres d’exception, il en ressort une délicatesse (...)

  • Rufus Wainwright – Folkocracy

    S’il n’est pas immédiatement associé à une scène folk historique, le pédigrée de Rufus Wainwright ne laisse pas de doute. Il est le fils de Loudon Wainwright III et Kate McGarrigle (chanteurs folk proches de la scène de Laurel Canyon) après tout et tant qu’à rester en famille ses sœurs Lucy et Martha sont là, sa tante Anna McGarrigle aussi. Mais ce n’est pas vraiment un album familial pour autant, il y a (...)