Accueil > Musique > 2016 > The Last Shadow Puppets - Everything’s You’ve Come To Expect

The Last Shadow Puppets - Everything’s You’ve Come To Expect

lundi 2 mai 2016, par Marc


Sans doute aucun, The Last Shadow Puppets est un des plus heureux accidents qu’on ait pu entendre ces dernières années. On n’attendait même pas qu’ils fassent un autre album, mais les deux comparses sont maintenant devenus amis, à tel point qu’ils ont déménagé tous deux en Californie. C’est plus qu’une anecdote tant il semble que leur nouveau statut et ce déplacement colle à leur musique. En effet, les Arctic Monkeys d’Alex Turner sont une figure incontournable qui garde son prestige et Miles Kane a acquis une belle réputation en tant qu’artiste solo. Ce qui était un side-project peut donc le rester, leur laissant une belle marge de manœuvre.

Et ça part fort encore une fois, par un morceau assez proche de ce qu’on entendait sur leur première réalisation. Est-ce un moyen d’atténuer le choc pour l’auditeur en attente d’une suite à l’excellente première réalisation ? Sans doute. Le basculement est subtil mais tout de même franchement amorcé avec Miracle Aligner. C’est plus langoureux, moins nerveux. Cette langueur qui semble destinée au cruising sur l’I5 au volant d’un cabriolet peut parfois même confiner au sirupeux (Dracula Teeth). Heureusement, on peut compter sur le gentil groove de Pattern ou sur un Bad Habits un peu plus hanté.

Quand un morceau comme Everything You’ve Come To Expect s’interrompt, c’est pour repartir plus lentement, ce qui n’aurait jamais été le cas sur le premier. N’oublions pas que les arrangements de cordes sont confiés au virtuose Owen Pallett tout comme ceux du premier. On voit d’ailleurs à quel point il peut s’adapter au style de ses collaborateurs. On est en effet bien loin de ce qu’il produit seul. Ses arrangements sont plutôt discrets, ne tenant les premiers rôles que pour le chorus de la plage titulaire et peuvent aussi appuyer le groove de The Element of Surprise

Il y avait sur The Art of Understatement une urgence, des morceaux avides d’en découdre. Huit ans plus tard, les deux comparses ont sans doute raison de penser qu’ils n’ont plus grand’ chose à prouver et qu’ils peuvent répondre à leurs envies, à leur seul plaisir de pratiquer le style qu’ils veulent. En tant qu’amateur inconditionnel de leur précédent, celui-ci m’a un peu laissé sur ma faim, mais force est de constater que c’est remarquable de compétence.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)

  • Jarv Is... - Beyond The Pale

    This is not a live album… It’s an alive album.
    Cette déclaration sibylline donne une petite idée de la genèse un peu inhabituelle du projet. La formation groupée autour de Jarvis Cocker a en effet peaufiné et enregistré ces morceaux dans des festivals et autres petites salles avant de retravailler le matériau qu’on entend sur ce premier album. C’était en tout cas la suggestion de Geoff Barrow de Porstishead et Beak> (suivez @jetfury sur Twitter, fun acide garanti). Ce mode opératoire peut être vu (...)