Accueil > Musique > 2016 > Marissa Nadler - Strangers

Marissa Nadler - Strangers

jeudi 19 mai 2016, par Marc


Si on était du genre à faire des classements de nos chanteuses préférées, il est probable que Marissa Nadler serait tout en haut. Commencée en mode pur acoustique, sa discographie a évolué sensiblement. On ne lui demandait pas de faire des clones des sublimes Sylvia ou Box Of Cedar toute sa carrière de toute façon. Elle a aussi parfois ajouté un peu d’électricité hantée, la rapprochant encore de Hope Sandoval à laquelle on la compare souvent pour mieux constater qu’elle évolue mieux que son aînée.

On la connait bien maintenant, c’est tout de même le neuvième album qu’on relate, la surprise ne peut plus vraiment être de mise, surtout pour une artiste au style aussi affirmé mais on n’en constate pas moins une vraie évolution. Divers In The Dust est articulé autour d’un piano mais on surprend déjà quelques bruissements en fond. L’arpège de Katie I Know ne lance pas vraiment le morceau. On y entend une caisse claire, et on en vient à penser que ce n’est pas si courant chez elle et il s’en dégage une surprenante luxuriance qui n’est pas trop éloignée des productions récentes de Lana Del Rey. Le spleen dégagé n’est pas le même, on est plus dans une certaine noirceur gothique que dans la déprime médicamentée.

Les guitares se font plus libres sur Hungry Is The Ghost, avec une ampleur nouvelle qui fait décoller la fin de morceau de façon presque dream-pop. Sa voix peu racoleuse et la densité du son s’y prêtent en tous cas admirablement. Ce n’est pas révolutionnaire, même en son chef mais elle joue plus souvent de cette ampleur sur Janie In Love), l’espaçant de pièces plus acoustiques et discrètes, ce qui rend cet album délectable et équilibré de bout en bout. Parfois même, un morceau combine le tout, montant discrètement, et All The Colours of The Dark (ce titre est presque un manifeste de sa part) se révèle assez fondant avec son petit violon

Il reste donc des morceaux bien dépouillés qu’elle arrive à habiller de sa voix seule mais elle cherche souvent à varier les plaisirs, par exemple en soutenant les arpèges de Skyscraper par de discrètes nappes de synthé.

July avait plu évidemment mais pas laissé un souvenir aussi marquant que son début ou le virage un rien plus luxuriant de Marissa Nadler mais ce qu’elle propose ici parvient même à surpasser l’attente. Parce qu’elle arrive à garder ses qualités comme sa voix inimitable et un sens mélodique jamais pris en défaut tout en enrobant ces morceaux d’atours plus amples, elle vient de signer un des albums les plus réussis de l’année en cours.

http://www.marissanadler.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)