Accueil > Critiques > 2005

Nick Cave & The Bad Seeds : B Sides & Rarities

dimanche 13 août 2006, par Marc


Après un retour studio qui annonçait un retour en forme, voilà un triple CD regroupant tout ce qu’il existe en raretés, faces B et autres inédits. Cet exercice réclame une certaine carrière derrière soi (c’est bien le cas) et un univers suffisamment vaste pour imposer 56 titres sans lasser. Car finalement, Nick Cave est toujours là, indifférent aux modes, traçant son chemin très personnel et évoluant. On ne soulignera jamais assez l’importance des fidèles Bad Seeds, qui ont toujours su imposer une intensité à tout ce qu’ils font. Sans compter que certains d’entre eux ont fait de fort jolies choses en solo (les musiques de film et reprises de Gainsbourg de Mick Harvey) ou collectivement (Blixa Bargeld et ses légendaires Einstürzende neubauten)

Détailler tout par le menu serait fastidieux mais voici ce qu’il vous attend au détour des trois plaques.

Sur le premier CD, on rattrape le début de carrière de Nick Cave est plutôt difficile à écouter pour qui l’aborde frontalement (que dire alors des délires soniques de The Birthday party...) mais ici ce sont des versions acoustiques qui sont proposées. Et un traitement apaisé de Mercy seat, City of refuge ou The moon is in the gutter montre à quel point ce sont des morceaux qui peuvent tout se permettre, y compris perdre leur fureur. Ce premier Cd est aussi le plus dense et surprenant (la reprise presque sans orchestration mais néanmoins sauvage de Black Betty de Ram Jam). En effet, tous les titres présents ou presque méritent la mention. Mais je m’en voudrais de ne pas signaler The girl at the bottom of my glass et sa guitare acoustique déchaînée qui résume à elle seule le style Nick Cave and the bad seeds et The train song qui prouve que même les chansons lentes étaient plus réussies avant.

Le second album regorge aussi de fort bons moments. Par exemple le duo avec Shane Mac Gowan reprenant What a wonderful world, la reprise des mêmes Pogues de A rainy night in Soho qui semble taillée sur mesure. Certains titres acoustiques ne font jamais feu de camp chez Nick Cave (Jack the ripper garde toute sa force) et les chansons de pub poussent vraiment à la consommation (There’s no night out in the jail). En prime, il y a l’hilarant (tout est relatif...) Where the wild roses grow avec Blixa Bargeld en lieu et place de Kylie Minogue.

Un regret cependant : le troisième regroupe sa période récente, celle de crooner crépusculaire et est assez en retrait par rapport aux deux autres.
Bien meilleure que tout ce qu’il a fait ces dix dernières années, cette compilation s’impose comme une composante majeure de la discographie de l’Australien tourmenté et non comme une collection de reliques pour fans ultimes. (M.)

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • JJH Potter - Low tide

    Encore un artiste folk hexagonal et encore un détour qu’il est bon de faire. Ce premier album est publié par #14 records, le refuge du génial The Wooden Wolf, ce qui est évidemment ce qui a attiré notre attention. Une fois attirée, cette attention a été captée par cette voix claire et la limpidité revigorante des morceaux, hantés mais pas trop.
    L’accord des voix sur Lonely Star pourrait être une version (...)

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk (...)

  • Nadine Khouri - Another Life

    Quand on retient un nom des années et des centaines de critiques plus tard, c’est plutôt bon signe, non ? C’est ce qui s’est passé avec Nadine Khouri dont l’écho de The Salted Air résonne encore à l’heure de découvrir cet Another Life. Ce n’est pas qu’il était flashy pourtant, ou que le style soit si singulier. Mais les morceaux font leur chemin tout seuls. Il y a des artistes qui font ça mieux, c’est comme (...)

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une (...)