Accueil > Musique > 2016 > Yeasayer - Amen & Goodbye

Yeasayer - Amen & Goodbye

vendredi 27 mai 2016, par Marc


Inclassable est une épithète qu’on décoche un peu vite quand un groupe est rétif à la critique frontale. La carrière de Yeasayer a commencé sous le signe de la pop ensoleillée qui avait cours à l’époque et puis viré vers une pop très orientée vers les années ’80. Rien de bien exotique ou follement nouveau sur le papier, mais les résultats avaient plu. Question de perception évidemment, mais il semble qu’ils en font maintenant la synthèse tout en s’en éloignant sensiblement et en y mêlant des éléments nouveaux comme une relecture personnelle d’une certaine pop psychédélique vintage.

Daughters of Cain pourrait être un Pink Floyd primitif, puisant dans une pop ensoleillée et un peu lysergique telle qu’on l’aimait à la fin des sixties. Le son lui-même n’utilise pourtant aucune des ficelles de vieillissement artificiel, il est même résolument ancré dans l’époque. On entend certes un peu de ithare sur Half Asleep, voire même du clavecin sur l’interlude instrumental Child Prodigy.

Les meilleurs morceaux sont ceux qui montrent deux visages. I Am Chemistry dévie en son milieu, ne reculant même pas devant les chœurs d’enfants, comme si Kevin Barnes faisait semblant de s’acheter une conduite. On peut donc aussi rapprocher l’éclectisme hystérique d’Of Montreal. On retrouve aussi des traces de cette folie sur le début de Gerson’s Whistle. Mais comme pour mieux montrer qu’ils ne sont pas dupes, ils remontent par des chœurs inspirés, se présentant plutôt comme un Menomena(Dead Sea Scrolls) dont le but serait d’absorber des cocktails immenses.

Notons aussi que le visuel signé par le sculpteur David Altmejd et qui s’animent ci-dessous renforce autant l’aspect barré que l’impression qu’il y a un plan là-derrière. Le plus déconcertant est que si l’album passe très bien d’un coup, ça semble tirer dans tous les sens quand on en fait le détail, passant du plus lâche Cold Night au très pop Silly Me en passant par un début presque ambient pour Prophecy Gun. On ne fera donc pas encore définitivement le tour du groupe de Brooklyn, pas plus qu’on ne le cernera facilement. Et c’est très bien comme ça.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)