Accueil > Critiques > 2016

Yeasayer - Amen & Goodbye

vendredi 27 mai 2016, par marc


Inclassable est une épithète qu’on décoche un peu vite quand un groupe est rétif à la critique frontale. La carrière de Yeasayer a commencé sous le signe de la pop ensoleillée qui avait cours à l’époque et puis viré vers une pop très orientée vers les années ’80. Rien de bien exotique ou follement nouveau sur le papier, mais les résultats avaient plu. Question de perception évidemment, mais il semble qu’ils en font maintenant la synthèse tout en s’en éloignant sensiblement et en y mêlant des éléments nouveaux comme une relecture personnelle d’une certaine pop psychédélique vintage.

Daughters of Cain pourrait être un Pink Floyd primitif, puisant dans une pop ensoleillée et un peu lysergique telle qu’on l’aimait à la fin des sixties. Le son lui-même n’utilise pourtant aucune des ficelles de vieillissement artificiel, il est même résolument ancré dans l’époque. On entend certes un peu de ithare sur Half Asleep, voire même du clavecin sur l’interlude instrumental Child Prodigy.

Les meilleurs morceaux sont ceux qui montrent deux visages. I Am Chemistry dévie en son milieu, ne reculant même pas devant les chœurs d’enfants, comme si Kevin Barnes faisait semblant de s’acheter une conduite. On peut donc aussi rapprocher l’éclectisme hystérique d’Of Montreal. On retrouve aussi des traces de cette folie sur le début de Gerson’s Whistle. Mais comme pour mieux montrer qu’ils ne sont pas dupes, ils remontent par des chœurs inspirés, se présentant plutôt comme un Menomena(Dead Sea Scrolls) dont le but serait d’absorber des cocktails immenses.

Notons aussi que le visuel signé par le sculpteur David Altmejd et qui s’animent ci-dessous renforce autant l’aspect barré que l’impression qu’il y a un plan là-derrière. Le plus déconcertant est que si l’album passe très bien d’un coup, ça semble tirer dans tous les sens quand on en fait le détail, passant du plus lâche Cold Night au très pop Silly Me en passant par un début presque ambient pour Prophecy Gun. On ne fera donc pas encore définitivement le tour du groupe de Brooklyn, pas plus qu’on ne le cernera facilement. Et c’est très bien comme ça.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • The National - Laugh Track

    Oh, un album surprise ! Enfin, quand Space Invaders et Alphabet City sont sortis le 17 août, un album semblait se profiler. Il avait déjà un titre, une tracklist, une date de sortie des collaborations et puis hop, tout s’est calmé avant que l’annonce officielle se fasse en concert la veille de la sortie. Etrange tactique sans doute mais qui peut aussi trouver des justifications. Annoncé comme plus (...)

  • Shamir - Homo Anxietatem

    Un petit coup d’oeil à son Bandcamp ne laisse pas beaucoup de doute sur ses préoccupations. Le neuvième album de l’artiste de Philadelphie est concerné par la question du genre. Mais ce n’est pas ce qui frappe d’emblée à l’écoute de cet Homo Anxietatem, c’est plutôt la voix. Haut-perchée, elle est une des caractéristiques les plus remarquables de cet artiste.
    Elle peut être une limitation aussi, jouant (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)

  • Swans – The Beggar

    Maintenant je me sens optimiste. Ma couleur préférée est le rose. J’espère que vous allez apprécier cet album.
    Ce n’est pas le genre de citation qu’on attend de la part de Michael Gira pour présenter ce The Beggar. Certes, on n’attendait pas un aphorisme désespéré, mais quand on connait Swans et leur aura de danger, il y a de quoi être un peu intrigué. Mais rassurez-vous, même si les changements de (...)