Accueil > Musique > 2016 > Minor Victories - Minor Victories

Minor Victories - Minor Victories

lundi 20 juin 2016, par Marc


Vous n’en avez peut-être pas rêvé mais ils l’ont fait quand même. Minor Victories est donc la conjonction des talents de Rachel Goswell (Slowdive), Stuart Braithwaite (Mogwai) et Justin Lockey (Editors), plus son frère James Lockey à la basse. Sans doute qu’on ne peut pas les considérer comme de vraies stars en dépit du statut de leurs groupes respectifs, aussi se gardera-t-on de parler tout de suite de supergroupe.

Side-project multiple est sans doute plus exact, surtout que les protagonistes avouent n’avoir pas vraiment enregistré ensemble. Ce qui est paradoxal tant Minor Victories semble aller dans une seule direction sans se disperser.

Le son est évidemment la première chose qu’on remarque, plus que les ébouriffants talents vocaux ou mélodiques. La voix de Rachel Goswell est d’ailleurs fort peu spectaculaire, poussée fort haut et discrète dans le mix. C’est plus qu’une règle, c’est carrément un poncif et on s’y plie de bonne grâce, surtout que le public auquel se destine cet album sait exactement ce qu’il est venu chercher. Seule la présence de Mark Kozelek (Sun Kil Moon) sur un For You Always pertinemment relevé de cloches vient briser le schéma préétabli. Parfois d’ailleurs, la mélodie semble tout droit débouler d’une antique compile des nineties (Scattered Ashes). Ceci dit Out of Sea pourrait même se passer de chant tant il apporte peu à ce morceau pratiquement post-rock et dense qui explose comme les bons Mono. On apprécie bien évidemment.

Les moyens peuvent varier, certes, mais le résultat est assez remarquable de constance. Dans le détail, A Hundred Ropes peut s’appuyer sur des synthés ou plus de cordes qui aèrent le propos et donne une jolie patine à cette musique plus pop qu’elle n’ose l’avouer. Ce sont ces cordes qui rendent Breaking My Light aussi languide. Et si certains morceaux sont plus percutants, ce n’est pas parce que la mélodie est marquante ou que le tempo s’envole, mais parce que le son est plus dense (Folk Arp, Cogs). D’ailleurs ce n’est pas vraiment de la musique à écouter en sourdine. Pas question de vous fâcher avec votre voisinage ou mettre vos tympans en danger pour autant, mais ces structures ont besoin d’un peu de volume (un peu, hein…) pour s’exprimer.

Mais l’uniformité ne guette pas vraiment. En musiciens roublards et expérimentés qu’ils sont, ils ont séquencé cet album qui progresse vers des morceaux moins alanguis et puis épais, repoussant les poussées de fièvre en fin d’album, une fois l’ambiance bien établie. Non, la lenteur ne pouvait pas leur faire peur et l’embrasement final d’un Higher Hopes qui commence par un piano apaisé est inévitable, bien heureusement serait-on tenté de dire.

Il y a fort à parier que le public de cet album bourré de compétences, très gouleyant album et bâti pour les hautes rotations plus que pour les coups d’éclat se connait déjà. La complémentarité des membres ne fait jamais défaut, et on a rarement été aussi content de ne pas être surpris.

http://minor-victories.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. Avec une (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)

  • Modus Pitch - Polyism

    Quand on découvre un artiste, il est bon d’avoir quelques références. Ici, des collaborations avec Get Well Soon ou Modeselektor, une participation au formidable projet White Wine de Joe Haege et surtout la présence de P.A Hülsenbeck (remarquable artiste en solo ou avec Jüngstotter) viennent à la fois rassurer et attiser l’attente.
    Avec un pied définitivement dans le jazz (cinématique Drive) et l’autre qui sautille entre classique et une forme de pop avancée, l’univers de Friedrich Brückner semble (...)

  • Bazooka - Κάπου Αλλού (Kapou Allou)

    Non, la source d’artistes grecs ne s’est pas tarie, elle a même l’air de reprendre. On l’avoue, l’envie de s’enquiller un album en Grec n’est pas la proposition la plus sexy sur le papier. Si vous avez ce genre de réticence, sachez que vous pouvez l’oublier, elle disparaitra sans doute après quelques secondes.
    Bazooka pratique donc sa langue, mais pour être complètement honnêtes, c’est carrément secondaire. On ne se lance jamais dans l’exégèse d’artistes anglophones de toute façon. Ce qu’on entend (...)

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)