Accueil > Musique > 2016 > Deerhoof - The Magic

Deerhoof - The Magic

lundi 27 juin 2016, par Mathusalem


Constat 1 : C’est amusant, chez les artistes, il y a plus d’excellents techniciens renfrognés que de virtuoses rigolos…

Constat 2 : Les gens de Deerhoof lâchent sur le marché ces jours-ci un quatorzième album.

Le quatuor de San Francisco boxant dans la catégorie des plaisantins surdoués, on se devait de griffonner un petit billet à leur sujet, histoire de vous inoculer un peu de notre enthousiasme, parce que, autant que vous le sachiez, on éprouve beaucoup de tendresse pour les fêlés talentueux qui nappent leur créativité d’une bonne louche de fantaisie.

A l’aise à la platine comme à la scène, Deerhoof est avant tout un groupe tout-terrain. Et si l’écoute de leur discographie pléthorique en enchante plus d’un, une prestation scénique du quartet californien s’apparente plus à une bourrasque facétieuse, quoique pleinement maîtrisée, qu’à une banale démonstration de virtuosité.

Bref… The Magic est sorti ce 24 juin, il a été délibérément conçu dans l’inconfort et l’urgence… Pas par manque de moyens, mais juste comme ça, pour voir… Et le résultat de ces sept jours de retraite dans un bureau désaffecté du Nouveau Mexique est vraiment bluffant, quinze pépites disparates qui explosent en tous sens, diablement hétérogènes dans leurs influences et pourtant l’assemblage demeure cohérent, régulier. Les signes ne manquent pas, ils ne changent pas non plus… Retrouver tout au long du disque la marque de fabrique du collectif agité de la Côte Ouest reste donc chose aisée… Les agencements sonores particuliers, la savoureuse Nippon Touch (Ha… La voix infantile de Satomi Matsuzaki) sont encore, en dépit de l’omniprésente atmosphère Garage (Même s’il s’agit d’un bureau de poste dans ce cas), présents à profusion.

Disposant de jolis arguments… On pense ici aux riffs bien sentis (Kafe Mania !), aux mélodies Indie un peu crades (That Ain’t No Life To Me, Dispossessor, Plastic Thrills) , au Groove moite et visqueux ( Life is Suffering, Debut), aux clins d’œil lorgnant du côté du Math-Rock (Model Behaviour, Little Hollywood), à cette manière toute particulière de concevoir une Pop décalée, légère et quasi immédiate ( Learning to Apologize Effectively, Acceptance Speech, Criminals of The Dream), à cet humour farfelu enfin, celui qui leur est si propre (L’hilarant Nurse Me), The Magic se révèle être un album varié, agréablement chaotique, lumineux et polychrome, à l’image de ces sachets de bonbons sucrés multicolores… Vous savez, ceux dont le contenu et l’emballage, tous deux de couleurs vives, font paraître la vie lumineuse et rendent fugitivement heureux, avec des goûts parfois très différents, c’est vrai, mais qu’on sent issus de la même confiserie.

Article Ecrit par Mathusalem

Répondre à cet article

1 Message

  • Deerhoof - The Magic 5 juillet 2016 10:30, par Laurent

    Il y a des groupes qui construisent une carrière avec moins d’idées que celles qui fourmillent sur ce seul disque. Deerhoof aurait pu devenir énorme s’il avait été moins dingue... C’est chaque fois un plaisir de les retrouver, même si le plaisir n’est jamais aussi long en bouche que pour, au hasard, Liars. J’aurai vite oublié avant le suivant, mais merci pour la piqûre de rappel !

    repondre message

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)