Accueil > Critiques > 2005

The Chemical Brothers : Push The Button

dimanche 13 août 2006, par marc


La carrière des Chemical Brothers est exemplaire. Non contents de durer plus que raison dans la musique électronique (à part Underworld, qui peut prétendre à une telle longévité ? pas Prodigy ni Fatboy slim par exemple), ils proposent sur leurs albums une alternance de bombes défoulatoires (un rattrapage est possible via leur best of) et de moments plus apaisés (avec Hope Sandoval par exemple et une foule d’autres personnes recommandables) qui les rendent tous écoutables de bout en bout.

Kere Okereke est décidément quelqu’un à qui tout réussit. Après avoir sorti un album flamboyant avec son groupe Bloc Party, le voici qui chante sur la plus belle réussite de cet album (Believe qui ouvre). L’état de Grâce ?

Le single Galvanise me semble aussi insupportable qu’à la radio. Comme quoi, avec ces groupes-là, il vaut mieux écouter l’album directement. Les morceaux suivants par exemple qui, s’il n’a pas le format radiophonique, montre tout le savoir-faire des Frères chimiques dans la confection de ce qu’au Tour de France on appelle des étapes de plaine (Hold tight london), de cornichonneries entêtantes (Left right), d’un instrumental avec un son reconnaissable à des bornes (la slide de Marvo Ging), d’un cresendo atmosphérique (Surface to air).

Le sans-faute n’est pas au rendez-vous (The Boxer malgré la présence de Tim Burgess) mais bon, tout baigne dans un hédonisme de bon aloi. Would you like to come inside ? nous demandent-ils dans une poussée séminale. Recommandé ? Ben oui... (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)