Accueil > Critiques > 2016

Band of Horses - Why Are You OK

vendredi 8 juillet 2016, par marc


Il est des groupes tellement familiers qu’on n’a même plus besoin d’écouter leurs albums pour voir où ils en sont. Il faut avouer que la suite du très emballant début Everything All the Time ne nous avait pas donné toutes les garanties qu’on aurait espéré. Trois albums et neuf ans après Cease To Begin donc, nous voilà tentant de raccrocher le train de la bande de Ben Bridwell. Certes, on avait eu de ses nouvelles via la collaboration de ce dernier avec ses potes d’Iron & Wine mais c’est surtout via d’autres groupes comme The Lighthouse and The Whaler que la flamme de leur premier album survivait.

Visiblement, ils ont eux aussi ressenti le désir de se recentrer, de revenir à leurs fondamentaux. Dans cette optique, c’est Jason Lytle (Grandaddy) qui est à la production, plus de vieux briscards qui avaient aussi frayé avec les Eagles ou Steve Miller, figures un peu éloignées du landerneau indie de base. Sans doute est-ce le petit coup de pouce dont ils avaient besoin pour garder toute notre sympathie. Cette influence est assez diffuse cependant, on ne la ressent vraiment que sur le plus pop et assez délectable Country Teen.

Ces retrouvailles ont été bien agréables. On n’attendait plus monts et merveilles de ce groupe de toute façon. Le premier morceau est éthéré à souhait avant de se gorger de grosses guitares, avec comme tout au long de l’album la voix de son leader Ben Bridwell comme point d’accroche. Le reste est forcément un long fleuve tranquille, prenant parfois de la hauteur (Solemn Oath) mais offrant un beau spectacle de méandres doux (Lying Under Oak, Wherever, Whenever), langoureux (le beau Barrel House) et poussant forcément jusqu’au mid-tempo (Hag). Comme souvent, c’est une musique qui ne peut être intense qu’avec une certaine volonté de l’auditeur. Et la multiplication des écoutes augmente aussi le plaisir.

On pensait Band of Horses destinés à grandir en direction des stades et on est aussi rassurés qu’ils aient pu rester très intimes. Certes, c’est toujours un défi lance à l’attention mais ces retrouvailles dégagent une sensation de légèreté qu’on a apprécié.

http://www.bandofhorses.com/whyareyouok/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)