Accueil > Musique > 2016 > Uniform Motion - 5

Uniform Motion - 5

mardi 16 août 2016, par Marc


Dans les concours canins, on récompense les candidats en fonction de leur capacité à remplir les critères d’excellence de leur race. En musique, il ne serait pas inutile d’utiliser les mêmes critères, histoire de ne pas mettre sur le même pied, disons, un album de reggae ou de metal. Notons qu’une des principales limitations de ce système est qu’on passe à côté d’une des plus passionnantes sources de plaisir, à savoir la savante hybridation, le plaisir de l’inattendu.

On a un peu les deux ici pourtant, avec un style très pur et un groupe qu’on découvre. Pourtant, le quintette franco-anglais sort son cinquième album. Très imprégné de son éthique DIY , très conscient des enjeux économiques et artistiques d’une période charnière de l’industrie musicale, il présente un album très cohérent qui reprend plein de choses qu’on a aimé et aime encore.

Le très bon premier morceau qui sert de carte de visite à cet album ne laisse pas trop de doute, on est dans de l’indie pur jus. Plus proche des canons canadiens et de certains terroirs américains (Brooklyn, Portland…), il n’oublie pas qu’un bon album ne peut être fait que de bonnes chansons. Dans les cousinages qui vont vous mettre à l’aise, on peut penser à de lointains amis de Rural Alberta Advantage. On en retrouve le coup de batterie franc et léger qui articule l’ensemble, la voix éraillée ne faisant cependant pas partie de leur attirail. Par contre, ils ne reculent pas devant un peu de distorsion sur un I Don’t Know You qui propose aussi une belle remontée. Mais ils ne dépassent pas un certain seuil, pas d’embrasement final de type post-rock en vue.

On pense aussi aux moments plus intimes de King Creosote ou à un genre de Girls In Hawai première époque qui chanterait proprement en anglais (I Don’t Know a Thing). Pour réussir ce genre de chose, il faut subtilement doser la mélancolie et l’énergie, ce qu’ils font avec une voix un rien plaintive, une batterie toujours présente, une mélodie limpide et un petit orgue en fond. Il y a tout ça sur My Ride With The Enemy et la mélancolie des claviers permet de belles choses tristes comme The Dawn That Hit The Summit qui peut compter sur un chorus en accords mineurs tout-à fait délicieux. Ces chorus pouvant d’ailleurs être en liberté (The White Shirt) et nous rappeler pourquoi on aime The Notwist (Walk Away).

Si on suppose que le public qui avait succombé à tout ce qu’on vient de citer existe encore, il aurait tout intérêt à se pencher sur le cas de ce groupe. Impeccable selon les standards d’un style bien défini, ils arrivent à créer les morceaux qui entérinent leurs ambitions.

http://uniformmotion.net/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)

  • ( r ) - Titan Arum

    C’est par la bande qu’on s’est rendus compte de l’importance de Fabrizio Modonese Palumbo. Il fait partie d’Almagest ! qui nous avait déjà plu mais c’est en découvrant ce qu’il avait fait avec Enrico Degani (formidable lui aussi) que l’amplitude de son œuvre s’est manifestée. On l’a depuis recroisé aux côtés d’un très bon Xiu Xiu et c’est sous le nom de ( r ) qu’il se rappelle à notre bon souvenir. Tant qu’on est dans les bons souvenirs, c’est une sortie de Cheap Satanism.
    Le début d’album est digne d’un (...)