Accueil > Musique > 2005 > Clap Your Hands Say Yeah : Clap Your Hands Say Yeah

Clap Your Hands Say Yeah : Clap Your Hands Say Yeah

dimanche 13 août 2006, par Marc


Non, le formatage du retour des années ’80 n’est pas une fatalité. Malgré un fort joli nom évoquant la futilité (réjouissant et cornichon), Clap your hands say yeah m’a enchanté. Et il va vous enchanter aussi
Dès l’introduction, vous serez plongés dans un univers étrange, comme une foire mégaphonée, avec ce refrain post-Hippie, l’orgue malade et la grosse caisse de fanfare. Si le but d’un premier morceau est d’intriguer et de susciter la curiosité, on peut dire que c’est gagné...

Essai transformé dès le second morceau d’une intensité rare, par le délire instrumental qui semble directement sorti de Sister Ray du Velvet underground (vous penserez aussi au légendaire combo de New-York pour Details of the war). Eh oui, rien que ça, et en trois minutes.
La voix est assez haut perchée et amènera à elle seule pas mal d’émotion (Details of the war), même en répétant la même phrase (Upon this tidal wave of young blood). Décidément, sale temps pour les jolies voix d’opéra.

Les influences ne seront pas faciles à trouver, ce qui est souvent bon signe. Quand la voix sera moins nasillarde, on dirait clairement David Byrne, surtout quand la mélodie semble piquée à ses Talking Heads (Over and Over again (Lost and Found)).

Mais un moment, vous en arriverez au terrible The skin of my yellow country teeth. Une basse new-orderienne, une voix qui vit sa vie, une batterie qui cogne. On va danser là-dessus si les DJ’s se montrent à la hauteur de l’attente, avec en prime ce petit riff en bend qui devrait être ridicule mais qui ne le sera pas.

Pour ceux à qui ça évoquera quelque chose, on dirait parfois certains morceaux de Essex green comme The Great Casiopea (Heavy Metal le mal nommé).

Parfois, c’est un orgue vaporeux qui prendra le contrôle (In this home on ice) et vous songerez alors à My Bloody Valentine ou Delicatessen. Avec même une guitare Curesque en prime. Une influence qu’on pourra retrouver sur d’autres morceaux, plus dans la façon de trousser une mélodie (celle de l’orgue de Upon the Tidal wave of young blood) et construire un morceau qu’une façon de poser la voix. Ce sera de toute façon trop enjoué pour pour jouer les corbeaux.

Un gros son, ample et chaud, humain et artisanal. Assez personnel en tous cas. C’est ce qui rendra cet album si attachant, et au final si addictif. C’est par petites touches qu’on retrouvera les influences et non dans la décalque comme on l’a trop entendu de ces temps-ci.

Dans les tous bons albums de cette année, sans aucun doute, de par l’originalité manifeste. Un peu comme si Arcade Fire reprenait du Talking heads, ou si Tom Vek montait d’une octave et jouait avec une fanfare. J’espère qu’au moment de terminer cet album, vous penserez à tous ceux à qui cet album à dispensé du plaisir. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Bon, voilà, 200eme articles transférés depuis notre ancien site !
    Avantage à Marc pour le moment dans le nombre de critiques recopiées.
    Nous reste le gros morceau de 2005-2006 !

    Enfin, tout ça pour également inaugurer le forum et inviter tous ceux qui nous liront à nous laisser un petit coucou et à nous donner leur impressions sur nouveau site.

    repondre message

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)