Accueil > Musique > 2016 > Warhaus - We Fucked A Flame Into Being

Warhaus - We Fucked A Flame Into Being

jeudi 15 septembre 2016, par Marc


On l’a déjà dit, une belle voix ça va avec tout. Et celle de Maarten Devoldere l’est indéniablement. Le chanteur du groupe flamand Balthazar s’offre une escapade hors de son groupe de base et le résultat est forcément plus sombre et personnel.

On peut donc trouver ici un côté plus vénéneux sans chercher à se rendre trop dangereux non plus. Car si cet album présente une belle cohérence et quelques références flatteuses, il privilégie une certaine lumière ludique et une forme relativement simple.

On pense à plein de choses anciennes, Machinery est quelque part entre l’hommage à Lou Reed et Leonard Cohen. C’est moins profond que ces deux références ultimes, certes, mais le morceau dégage un spleen bien vivifiant. Du maître canadien, on retrouve le ton discret, les chœurs féminins en support systématique et un ton lassé qui donne une belle coloration à The Good Lie. C’est donc moins dans la voix de baryton que dans le ton que le rapprochement se fait.

Tant qu’on est à évoquer de vieilles gloires, il met aussi à l’occasion trop de mots pour ses phrases (Against The Rich), ce qui lui vaudra d’être comparé à Bob Dylan sur une musique qui fait la part belle à la soul hors d’âge (vous savez, celle qu’Amy Winehouse voulais réssusciter). Pour le reste, un air de léger bastringue sur I’m Not Him pourra évoquer du Tom Waits en plus léger.

Si c’est une bonne idée d’articuler Leave With Me autour d’une basse, il insère aussi quelques instrumentaux dérangés au parfum psyché sixties (Wanda). Donc Même si on déterre plein de références vintage, cet album de Maarten Devoldere dont le titre est tiré de l’Amant de Lady Chaterley n’est pas une œuvre passéiste ni même un hommage mais un album somme toute léger qui ne ressemble qu’à lui.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)