Accueil > Critiques > 2016

65 Days of Static - No Man’s Sky

mercredi 28 septembre 2016, par marc


On ne peut pas dire que l’engouement pour le post-rock aille croissant. Mais les groupes les plus emblématiques du genre ont sur rebondir, profitant du potentiel d’évocation du genre pour multiplier les musiques de films, les musiques de documentaire ou de séries. Pourtant, c’est encore un autre exercice auquel se livre 65 Days of Static, à savoir le jeu vidéo.

Et on peut évidemment considérer ceci comme un nouvel album de 65 Days of Static sans se soucier du cadre qui a vu sa création. D’ailleurs, le groupe de Sheffield reparte en tournée avec ce nouveau matériel sous le bras (tout comme Mogwai était parti sur les routes avec Atomic), le contraire d’un reniement donc.

La spécificité du groupe, c’est une puissance de feu qui profite d’un bel apport électronique. Alors oui, il semblait tentant de faire appel à eux pour le jeu d’exploration de nouveaux mondes dans l’espace No Man’s sky. Et on peut dire qu’ils n’ont pas déçu tout en gardant leur son.

Les guitares et les claviers n’en sont pas dénaturés. Enfin, c’est du 65dos pur jus quoi… Cette pulsation structure un Supermoon pour qu’il garde tout son suc. Pas de doute, ils n’ont vraiment pas bâclé leur travail. Il y a même quelques morceaux qui deviendront sans doute incontournables. End of the World Sun est tout de même magistral. Martèlement entêtant et guitare acérée, grosse poussée, son hénaurme, ils convoquent tout leur savoir-faire.

Ils gardent aussi une certaine subtilité, surtout que le format plus long leur permet de ne pas garder le doigt dans la prise en permanence. Dans la seconde partie de l’album on retrouve des passages plus planants, plus atmosphériques qui ne fournissant pas la même adrénaline que le reste de leur discographie. Une fois encore, il faut rappeler qu’on est dans l’illustration sonore, pas dans un album s’écoutant sans support visuel ou ludique.

On se demande tout de même à quoi pourrait ressembler l’expérience du jeu avec ça en fond sonore. Tout retour de joueurs (pas des comme moi qui bloquent au troisième niveau de Mario) est bienvenu d’ailleurs. Le fan de 65DOS ne sera ni trop déconcerté ni déçu, ce projet s’inscrivant fort logiquement et élégamment dans leur discographie.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Midas Fall - Cold Waves Divide Us

    Il ne nous est jamais arrivé de penser qu’une voix manquait à des morceaux. Même quand Albin de la Simone a jeté sur un album instrumental ce qui est devenu plus tard de ’vraies’ chansons, l’élément vocal ne semblait pas indispensable. Dans le cas de Midas Fall par contre, le chant a toujours semblé de trop, redondant par rapport à la majesté du post-rock qui l’entoure. On aborde donc cet album en (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)