Accueil > Musique > 2016 > Wilco - Schmilco

Wilco - Schmilco

mercredi 19 octobre 2016, par Marc


Il est des groupes qui nous sembleront toujours proches et familiers. Si on n’attend plus fébrilement leurs sorties d’ailleurs peu médiatisées, on sait que c’est un détour par chez nous qui nous attend. Ou plutôt par chez lui, Jeff Tweedy ayant pris l’habitude de traiter de l’intime. Et ce dixième albumpousse encore plus loin cette envie, celle d’un presque quinquagénaire qui se penche sur son passé et son pays, et se pose en prolongement de ce qu’il a fait récemment avec son fils sous le nom de Tweedy.

Et on ne peut pas dire qu’il ait un souvenir uniformément ému de sa jeunesse en Amérique. Ce qui tranche avec des évocations d’enfance presque toujours teintées de bienveillante nostalgie. Ce n’est pas ce qui transpire de Normal American Kids ou If I Ever Was A Child.
Always hating normal American empty summer days
Lightning crazed and cracked like an egg
High behind the garden shed
Painting myself as a normal American kid
I always hated it (Normal American Kids)

I slump behind my brain
A haunted stain never fades
I hunt for the kind of pain I can take (If I Ever Was A Child)

Le plus savoureux c’est que ces paroles qui frappent juste se proposent en contrepoint d’une certaine douceur dont ils ne se départissent presque jamais. Le charme est une composante essentielle et assez difficile à définir du charme qui nous lie à cette formation. Pourtant, ces morceaux ne sont pas plaintifs, que du contraire même pour Cry All Day (Cry all night/Cry all day…) comme pour signifier que ces blessures d’enfance appartiennent au passé. Seul Common Sense est plus tordu, emberlificoté presque dans ses propres entrelacs de guitares acides. Et Locator est toutes proportions gardées plus dense et sombre. La diction cool et un son d’orgue ramènent à une version adoucie de vieux Dylan (We Aren’t The world)

Schmilco est un album qui attendait son heure. Les premières écoutes n’atteignaient pas le niveau de gratification attendu. On avait déjà été un peu déçus par le passé, rien de grave non plus, ça n’écornait pas l’attachement. Leur talent est simplement plus enfoui, mais il est indéniablement là. Pourtant, comme l’avoue Jeff Tweedy (mais on n’est pas obligés de le croire sur parole non plus) :

Well, I don’t know how it works
So I just say goodbye (Just Say Goodbye)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)