Accueil > Musique > 2016 > Séance de Rattrapage #49

Séance de Rattrapage #49

mercredi 16 novembre 2016, par Marc


Adam Carpet - Parabolas

On ne répétera jamais assez l’importance d’un séquencement d’album. Evidemment, cette époque favorise la playlist, la sérendipité au détriment de la solidité, mais pour ceux qui s’intéressent encore au concept de disque en tant que tout cohérent, cette progression est souvent cruciale. Et permet cette évolution permet de jolies surprises. J’avoue que je n’ai pas vu venir cet EP du quintette italien.

Parce qu’au début, on n’entend que de l’instrumental placide, de la musique sans doute joliment déambulatoire vu le rythme, quelque part entre la chillwave et la BO de Stranger Things. Il y a déjà quelques passages plus solides, annonciateurs de la suite mais les sens ne doivent pas encore s’aiguiser.

Ça chante aussi sur la Still Still. Ce n’est pas le plus brillant mais bon, ce n’est qu’un échauffement en douceur. Let’s Try To Clean My Board maintient le cap, c’est là que cet EP est définitivement lancé, pour partir gentiment en vrille dès Pragmatic Children. On a un groove et un aspect répétitifs qui pourraient même évoquer une version policée de Foalset puis hop, le morceau prend la tangente par un clavier qui s’émancipe pour un disque qui vire lui aussi, puisque Pantone 18-2120 (un joli rose intense est définitivement électronique. Just In Case Of Wanting To Be Famous est lui plus sombre et dense. Avec une voix artificiellement caverneuse. Et ça marche plutôt , avant de nous quitter sur le plus binaire e et Rentre-dedans TV Nerd. On le voit, un bel éclectisme est donc de rigueur après un échauffement en bonne et due forme.

http://www.adamcarpet.com/

J&L Defer - No Map

Une boutade célèbre dit qu’on appelle l’art expérimental quand l’expérimentation a raté. Si on parle de l’art-pop un peu âpre et rude de J&L Defer, c’est qu’on n’a pas l’impression que ça a raté ou que les scories sont livrées telles quelles. C’est évidemment un genre à part entière que je ne conseillerais pas à tout le monde mais il y a bien des sujets de réjouissance ici. De plus, il y a une grande part de subjectivité puisque je ne suis jamais arrivé au bout de l’épuisant Deerhoofalors que ceci passe plus facilement

L’éclectisme est ici aussi de mise et au sein d’un même morceau, on peut donc entendre des choses fort différentes. La fin de Transition tranchant avec le reste. Hard Friction road dégage une forte tension qui résulte du frottement d’Anita Ruffer et Gabriele De Mario, inconnus de mon bataillon. Ils osent aussi des choses un peu plus désolées mais qui ne sont jamais ennuyeuses (la guitare en liberté de Beach Dark) et leur occasionnelle simplicité peut aussi faire mouche sur Hell. Non, on ne fera pas semblant que Nowhere est agréable aux oreilles mais la voix bidouillée qui part en direct sur le fond répétitif de Vibrant nous rappelle que les suiveurs d’Animal Collective ne sont plus légion de ces jours-ci, ou alors que Bradford Cox a encore des admirateurs.

Les esprits aventureux en quête de nouvelles formes et de liberté auront bien du plaisir ici, celui des terrains vierges, de l’étincelle qui naît du silex bien taillé.

TWRR - At Least We Had fun

Il faut l’avouer, on était passés à côté des débuts du duo parisien TWRR (pour Total Warr, rien que ça…) mais on vous offre une occasion de recoller à cette pop synthétique et pas mal fichue. Les débuts sont un peu enjoués et légers mais imperceptiblement, le basculement se fait vers plus de densité et c’est là qu’on monte avec eux. C’est l’emballant Water Frozen qui marque cette frontière, ce décollage sur fond de voix discrètes.

Sans doute qu’il y a 20 ans ces garçons auraient fait de la dream-pop. Peut-être d’ailleurs qu’à l’époque un peu d’autotune aurait arrangé plusieurs groupes comme Ride. Mais je m’égare. On peut profiter ici de la jolie mélodie de A Man That I Don’t Know mais ils peuvent aussi se faire plus abstraits et brouillardeux (Far and High, Always Around). C’est un rien moins marquant, certes, mais donne aussi du corps à cet album.

On se concentrera donc sur la belle fin dense de Funeral qui n’hésite pas à prendre ses aises ou sur xxx HATE xxx qui est bonne en version originale cette mélancolie et ce tempo fondant gagnent encore en assaisonnement avec son remix de fin d’album.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)