Accueil > Musique > 2016 > Hope Sandoval and The Warm Inventions - Until the Hunter

Hope Sandoval and The Warm Inventions - Until the Hunter

jeudi 1er décembre 2016, par Marc


Quand revient Hope Sandoval la même année que Tindersticks, Divine Comedy, Nick Cave ou PJ Harvey, il faut consulter son calendrier pour ne pas se penser dans les nineties. Mais au contraire des artistes précités, la Californienne se fait bien plus rare malgré quelques belles collaborations dont elle a toujours été coutumière, elle qui a embelli des morceaux de Jesus and The Mary Chain, The Chemical Brothers ou Death In Vegas.

Donc, depuis l’album de Mazzy Star d’il y a trois ans, on l’a entendue du côté de Massive Attack avant qu’elle ne donne un successeur à Through The Devil Softly de 2009. Quand elle revient avec ses Warm Inventions, on sait que son comparse n’est pas David Roback (ça, c’est pour Mazzy Star) mais Colm Ó Cíosóig, par ailleurs batteur de My Bloody Valentine (le monsieur aiment les grands écarts…). Le backing band est aussi le même que pour les autres albums, à savoir Dirt Blue Gene. Lesquels assurent les tournées et les premières parties.

Le premier morceau s’étale sur plus de 9 minutes. Non, ce n’est pas pour les gens pressés ou en manque d’adrénaline. Si le placer en tout début a le mérite de poser les bases, mais pourra aussi rebuter puisque ce n’est pas le plus passionnant de ce qu’on entendra ici. Tout n’est pas du même acabit atmosphérique puisqu’elle reprend une forme plus légère et acoustique sur The Peasant qui fera immanquablement penser à Mazzy Star avec cet orgue et cette slide.

C’est ce côté bluesy qui plait le plus, avec une guitare électrique soit discrète (Salt of the Sea) ou plus présente (le long déroulement de Liquid Lady). Mais Hope Sandoval, c’est évidemment une voix, unique, étonnamment juvénile (elle à 50 ans tout de même). Donc il n’y a pas besoin de grand’chose pour faire un morceau, ce qui permet des morceaux seulement accompagnés de guitare acoustique (The Hiking Song). Même si on détecte une relative poussée de fièvre jusqu’au mid-tempo sur Isn’t It True, mais elle susurre toujours. Le duo avec Kurt Vile qui est plaisant sans approcher même de loin le charme de l’inusable Sometimes Always. Ce n’est pas un grand vocaliste, surtout par rapport à elle, mais il y a une coolitude indéniable dans le ton détaché d’un des plus attachants faux branleurs de ces dernières années.

Cet album ne peut pas décevoir pas les fans tant tous les ingrédients de ce qu’ils ont aimé s’y retrouvent. Certes, il manque peut-être le tout grand morceau pour que cette grosse giclée de nostalgie sans retrouver la verve d’il y a 20 ans mais dans cette musique atmosphérique et personnelle, Hope Sandoval reste une valeur sûre.

http://www.hopesandoval.com/home.shtml

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)