Accueil > Musique > 2016 > Régina Spektor - Remember Us To Life

Régina Spektor - Remember Us To Life

mercredi 7 décembre 2016, par Marc


La personnalité d’un artiste, c’est quelque chose de primordial. Installer un univers, le peupler de chansons marquantes pour pouvoir tranquillement creuser le même sillon ou plein d’autres, c’est l’œuvre d’une vie, et finalement rares sont ceux qui ont réussi à marquer. On peut définitivement ranger Regina Spektor parmi les artistes à personnalité, surtout depuis la magnifique paire Begin To Hope et Far.

Certes, on ne peut pas dire que What We Saw From The Cheap Seats était du même tonneau, mais il restait dans la lignée, tout comme l’est son huitième album studio qui marque un retour à une façon peut-être plus pop. C’est ce qu’on entend en effet dès le single Bleeding Heart. Il donnait une bonne idée de ce que pourrait être cet album, à savoir une envie de classicisme et d’accessibilité. On ne dénote donc pas trop de tentatives hors de son camp de base et finalement, c’est reposant de ne pas passer de morceaux. Ce ne sont pas les chœurs amusants de Small Bill$ qui vont nous perturber.

Elle l’enchaîne avec le beau Black and White qui est tout de même à deux doigts du kitsch mais se montre plus sensible. Si je ne suis pas certain d’avoir tout compris au contexte de Grand Hotel, il n’en reste pas moins que c’est une grande mélodie. L’émotion, elle, est sans doute moins présente que sur Far et les coups d’éclat moins fréquents mais on sent assez vite que le très beau Sellers of Flowers va nous accompagner longtemps comme le plus spectaculaire The Trapper and The Furrier, plus pesant, plus insistant, plus marquant aussi, tout comme l’enlevé Tornadoland qui pratique les changements de braquet.

Older and Taller est quant à lui plus que doux-amer, il se fait carrément grinçant (Enjoy your youth/Sounds like a threat), mêlant réalité professionnelle et musique enjouée, fluide et ne reniant pas les violons. Parfois aussi, surtout, c’est simplement beau (The Light ou Obsolete). On le voit, ceux qui aiment Regina parce que c’est drôle ou émouvant ou épique se retrouveront dans cet album peut-être moins brillant mais qui ne compte pas de scorie.

http://www.reginaspektor.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)